Pierre & Vacances convainc ses propriétaires bailleurs

80% d'entre eux ont accepté sa nouvelle proposition.

Le groupe Pierre & Vacances / Center Parcs semble bien parti pour gagner son pari. Ce mardi 7 décembre, il a annoncé que 80% de ses propriétaires bailleurs ont accepté sa proposition d’accord de novembre dernier. Celle-ci visait à mettre fin à la crise sans précédent qu’il traverse depuis plusieurs mois.

Fin 2020, le groupe a suscité l’ire de ses propriétaires bailleurs privés en suspendant unilatéralement le versement des loyers, arguant de l’arrêt de l’activité causé par la crise sanitaire. Ceux ne pouvant pas reporter leurs créances bancaires se retrouvent en difficulté. Le tollé monte au point que 700 propriétaires décident de porter l’affaire devant la justice.

Alors que le versement des loyers a repris depuis le 1er juillet dernier, les propriétaires demandent à récupérer les 16 mois perdus. Pour calmer la bronca, Pierre & Vacances tente un premier geste en septembre en leur demandant d’abandonner sept mois et demi. En échange, ils percevraient 50% des aides de l’Etat (soit environ un mois en moyenne) ainsi que 2.700 euros de bons séjours. 64% des 18.800 bailleurs individuels décident d’accepter.

Soutenu par une activité qui reprend, le groupe revoit sa copie et leur propose une version améliorée en novembre. Il s’engage à leur payer 11 des 16 mois perdus, en échange de quoi ils renoncent à leur quote-part des aides de l’Etat et aux bons de séjours. Tous les propriétaires se voient proposés ce nouvel accord, qu’ils aient signé l’avenant de septembre ou non. Pierre & Vacances disait alors conditionner la mise en place de l’avenant à l’adhésion d’au moins 85% de ses bailleurs, tout en précisant pouvoir se montrer souple sur ce seuil. Bien lui en a pris puisqu’il n’en a finalement convaincu que 80%. «Compte tenu de l’atteinte de ce seuil élevé d’adhésion, le groupe a décidé d’appliquer immédiatement sa nouvelle proposition au bénéfice de ses propriétaires individuels», a-t-il indiqué dans son communiqué.

L’avenant de septembre n’est pas pour autant caduc et continue d’être valide. Les propriétaires qui l’ont signé ont jusqu’au 31 décembre pour accepter la nouvelle proposition de Pierre & Vacances s’ils le souhaitent. Toutefois, le groupe précise que les bons garantis par ce premier avenant «seront suspendus pendant la période de souscription à la nouvelle proposition». En conséquence, leur durée de validité est prorogée jusqu’au 31 mars 2024.

Contacté à plusieurs reprises, l’avocat des 700 propriétaires bailleurs s’est montré bien silencieux et n’a donné suite à aucune des sollicitations de la rédaction.