Pierre-papier : une reprise en demi-teinte

Au troisième trimestre, les SCPI ont collecté 1,01 milliard d’euros, loin devant les 245 millions de collecte des OPCI.
La collecte annuelle des SCPI et OPCI s'élevait à fin septembre à 6,4 milliards d’euros. Credit : Pexels

L'Association française des Sociétés de Placement Immobilier (ASPIM) et l’Institut de l’épargne immobilière & foncière (IEIF) ont publié ce matin les chiffres très attendus du troisième trimestre de la pierre-parier.

Les SCPI retrouvent quelques couleurs

France SCPI l’annonçait le mois dernier : la collecte des SCPI atteint 1,01 milliards d’euros au troisième trimestre de cette année. C’est mieux que les 900 millions d’euros du précédent trimestre, mais bien moins que le troisième trimestre 2019 (- 44 %).

Pour autant, les sociétés de gestion sont restées très actives. Elles ont réalisé « 2,5 milliards d’euros d’acquisitions au troisième trimestre », écrit l’ASPIM dans son communiqué. Les bureaux représentent la majorité des acquisitions en valeur (70 %), suivis par les commerces (12 %) et la santé (12 %). Sans surprise, l’hôtellerie (3 %) et la logistique (1 %) sont les secteurs les moins dynamiques.

Le rendement des SCPI reste honorable. Selon l’indice EDHEC IEIF Immobilier d’Entreprise France, leur performance globale sur une année glissante s’élevait à 4,8 % à fin septembre. « L’amélioration des taux de recouvrement a permis à plus de la moitié des SCPI de rehausser l’acompte versé au titre du troisième trimestre 2020 », complète l’Aspim. Ainsi, les acomptes du trimestre progressent en moyenne de 12 % par rapport au second trimestre.

La capitalisation des SCPI atteignait 69,9 milliards d’euros fin septembre (+11 % sur un an).

Les OPCI toujours à la traîne

La collecte des OPCI s’effondre à 247 millions d’euros, soit une baisse de 25 % par rapport au trimestre précédent. « En raison de la très bonne collecte du premier trimestre [1,28 milliards d’euros, ndlr], l’évolution annuelle sur les neuf premiers mois reste positive (+1,4 %) par rapport à la même période de 2019. Depuis le début de l’année le montant des souscriptions nettes atteint 1,86 milliard d’euros », précise l’Aspim.

Côté rendement, c’est la bérézina. A fin septembre, leur performance globale annuelle s’établit à - 2,5 %, toujours selon l’indice IEIF OPCI Grand Public. Des résultats que l’Aspim explique par « la contreperformance de la poche "foncière cotée" ».

L’actif net cumulé des OPCI se montait à 19,7 milliards euros au 30 septembre 2020 (+13 % sur un an). 

La reprise, moins forte qu’espérée

Au 30 septembre, la collecte annuelle des SCPI et OPCI s’établissait ainsi à 6,4 milliards d’euros, en baisse de 20 % par rapport aux trois premiers trimestres de 2019. « Les indicateurs d’investissement, de distribution et du marché secondaire ont évolué favorablement au troisième trimestre, souligne Jean-Marc Coly, nouveau président de l’ASPIM. Néanmoins, la reprise de la collecte post confinement n’a pas été aussi forte qu’espérée du fait de l’attentisme persistant des épargnants ». Il anticipe également l’impact du reconfinement, « plus marginal car atténué par les mesures du gouvernement visant à accompagner les bailleurs qui consentiraient à abandonner des loyers ».