Olivier Klein lance le Conseil national de la refondation du logement

Gaetan Pierret
Trois groupes de travail réuniront des professionnels et experts immobiliers en tout genre. Avec l’objectif d’éviter un énième rapport sur le logement qui tombe aux oubliettes.
Olivier Klein, ministre délégué à la Ville et au Logement

Le Conseil national de la refondation (CNR) aura sa déclinaison sur le logement. Et ce dès aujourd’hui. Olivier Klein, ministre délégué à la Ville et au Logement, donne le top départ cet après-midi à la Maison de l’Architecture à Paris, avec son homologue Christophe Béchu, en charge de la transition écologique et de la cohésion des territoires.

Co-présidé par Véronique Bédague, directrice générale de Nexity et Christophe Robert, délégué général de la fondation Abbé-Pierre, le CNR logement regroupera plusieurs experts et professionnels du secteur répartis en trois groupes de travail :  

  • Redonner du pouvoir d’habiter aux Français, co-animé par Cédric Van Styvendael, maire (PS) de Villeurbanne et Serge Contat, directeur général d’Emmanüs Habitat
  • Réconcilier la France avec l’acte de construire, co-animé par l’ancien député La république en marche (LREM) Mickaël Nogal, rapporteur du volet logement de la loi Climat-résilience et actuellement directeur général de l'Association nationale des industries alimentaires, et Catherine Sabbah, ex-journaliste aux Echos à présent directrice générale de l’Institut des hautes études pour l’action dans le logement
  • Faire du logement l’avant-garde de la transition écologique, co-animé par Marjolaine Meynier-Millefert, députée Renaissance de l’Isère (10ème circonscription) et vice-présidente de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire à l’Assemblée nationale et Christine Leconte, présidente du Conseil national de l’Ordre des architectes

Conscient des réticences qui accompagnent le lancement de cet énième groupe de réflexion sur le logement, Olivier Klein a tenu à rassurer lors d’un point presse. Il ne s’agira pas de produire «un rapport de plus» mais «d’être inventif sur la manière dont on se pose les questions sur le logement et les façons d’y répondre».

Il a également souligner le «besoin de redonner envie de construire, le plus vite et avec le moins de carbone possible», en misant notamment sur la «flexibilité d’usage». Il est également revenu sur le très décrié obejctif de Zéro artificialisation nette (Zan) des sols à horizon 2050. Une «belle ambition qui ne doit pas entrer en concurrence avec le besoin de loger».