Logement neuf : la FPI alerte sur une crise de l’offre

Les mises en vente se sont effondrées de 24,5 % sur les 12 derniers mois. En cause : les permis de construire délivrés au compte-gouttes.
Source : Pixabay

L’impression d’une chute sans fin. La délivrance de permis de construire continue de s’effondrer et entraine dans sa chute les mises en vente de programmes immobiliers. La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a présenté ce mercredi 26 mai les chiffres du secteur au premier trimestre 2021. Et c’est peu dire qu’ils ne sont pas bons.

- 25 % de permis en 12 mois

La délivrance de permis accuse un sévère repli. Seuls 103.400 ont été accordés aux promoteurs entre janvier et février. C’est 2,3 % de moins qu’à la même période l’année dernière, pourtant frappée par une campagne électorale municipale et l’amorce d’un premier confinement très sévère. Sur les douze derniers mois, le repli est encore plus parlant : - 15,6 %. Dans le détail, c’est surtout le logement collectif qui souffre car les maisons individuelles connaissent elles un sursaut : + 14,8 % de permis délivrés au premier trimestre 2021, + 5,7 % à fin mars pour les maisons groupées. Un comble pour le président de la FPI Ile-de-France Marc Villand, qui n’a pas manqué de souligner que le « logement collectif est moins gourmand en surface que les maisons individuelles, ce qui s’inscrit davantage dans la lutte contre l’artificialisation des sols ».

La chute des permis de construire entraine celle des mises en chantier 

Source : FPI

Cette crise de l’offre se traduit par une perte de 25.000 logements proposés à la vente sur les douze derniers mois. La FPI a comptabilisé seulement 20.062 mises en vente au premier trimestre, soit à peine plus qu’au T1 2020 (19.879). L’évolution de l’offre sur les cinq dernières années montre en effet sa lente érosion, accélérée l’année dernière.

Evolution de l'offre de logements neufs 

Source : FPI

« On assiste à une chute vertigineuse de la construction neuve avec près de 25% de baisse d’octroi de permis de construire sur 12 mois dans le collectif, s’est alarmée Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération. C’est toute une filière qui est en difficulté (…). Les pouvoirs publics doivent à tout prix enrayer cette crise avant qu’elle ne fasse de gros dégâts pour des années ».

Le gouvernement à la rescousse

Les pouvoirs publics ont justement commencé à se mobilier. Le 18 mai, le Premier ministre Jean Castex promettait 1 milliard d’euros pour relancer le secteur. Surtout, il annonçait la mise en place d’une commission pour lever les freins à la construction. Interrogée sur l’adéquation de ces annonces avec les besoins du secteur, la présidente de la FPI a fait savoir qu’elle ne pouvait dire s’il s’agissait d’une « énième commission ou non », et a insisté sur la gravité de la situation : « Il faut des propositions de nature à relancer rapidement le logement ».

Pourtant, alors qu’ils sont confrontés à une réduction drastique de permis depuis plus d’un an, les promoteurs ne semblent pas encore beaucoup s’intéresser aux solutions de renouvellement urbain. La transformation de bureaux en logements ou la réhabilitation de vieilles friches industrielles pourraient représenter une source d’activité complémentaire à la construction nouvelle qui est à la peine. D’autant que ces solutions s’inscrivent dans l’objectif de zéro artificialisation nette du gouvernement qui prévoit d'abonder le fonds friche de 350 millions d'euros supplémentaires. 

Pour Marc Villand, cette frilosité s’explique par des contraintes techniques encore trop nombreuses et un manque d’appétit des Français. « Les autorisations administratives pour les projets de réhabilitation sont toujours très compliquées à obtenir, a-t-il rappelé. De plus, les ménages n’ont pas forcément envie des logements qui peuvent en être issus à cause de leur taille ou de l’absence de balcon, alors que la demande d’espaces extérieurs a explosé depuis le début de la crise ! ».

Les chiffres clés du secteur au T1 2021

Permis de construire : 103.400 (dont 44.600 pour les logements collectifs)
Mises en chantier : 93.000 (dont 43.400 pour les logements collectifs)
Ventes de logements neuf : 131.668