Immobilier

Les recommandations du HCSF déçoivent le marché

Le Haut Conseil de Stabilité Financière a décidé de maintenir ses règles établies fin 2019 au sujet des prêts immobiliers, ce que déplorent les courtiers en crédit de cette nature.
Crédit photo : Pixabay

Lors de sa réunion du jeudi 18 juin, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) a renouvelé sa recommandation du 20 décembre 2019 (R-HCSF-2019-1) en matière d’octroi de crédit. Elle fixe un cadre maximal à la durée des prêts (25 ans) et au taux d’endettement des emprunteurs (33%). Dans son communiqué, la HCSF reconnait la diminution d’activité du marché et de la production de crédit immobilier, mais anticipe également « une reprise d’activité rapide sur ce segment ».

Sa décision déçoit les professionnels de l’immobilier qui espéraient un assouplissement de cette recommandation pour participer à la relance du marché. Du côté de Meilleurtaux.com, on déplore une règle qui ne reflète pas totalement la réalité des dossiers. « Il est dommage que cette règle du 33% d'endettement maximum ne soit pas remplacée ou au moins associée avec la notion de reste à vivre (comme c'était d'ailleurs le cas avant décembre 2019), cela permettrait une analyse prudente du dossier mais plus en adéquation avec le concret » regrette Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole du comparateur de taux.

Ce manque de souplesse peut étonner compte tenu de l’attitude des acteurs bancaires jusqu’à présent. « Les banques françaises ont toujours été très prudentes. Elles prêtent à taux fixes, sans part variable, contrairement à beaucoup de leurs concurrentes étrangères. Ainsi, le taux de défaut sur les crédits immobiliers en France est déjà très faible », défend Maël Bernier.

Selon elle, les grands perdants sont les primo accédants de moins de 35 ans qui bien souvent ne disposent pas d’un apport suffisant pour compenser ces conditions de crédit restrictives. Ils représentent 50% des dossiers de Meilleurtaux.com. 33% d’entre eux ont un apport de moins de 5% et 50% de moins de 10%.

Malgré la reprise de l’activité, les conséquences de la recommandation de la HCSF semblent déjà impacter le marché. « La part des dossiers refusés atteint 9,8% à la mi-juin, contre 6,6% fin mai et 5,4% sur la même période en 2019 », a déjà soulevé le portail Vousfinancer.com