Meublé touristique parisien

Les dessous d’une sulfureuse réforme

Isabelle Gauthier, ingénieur patrimonial, cabinet BG2C
Depuis peu, il est nécessaire de se soumettre aux lourdes exigences de la mairie de Paris pour louer son bien en meublé saisonnier
Une comparaison de la rentabilité de différents types de location s’impose alors
Isabelle Gauthier

Charles Louison, sémillant quadragénaire, s’est offert il y a sept ans un appartement dans la capitale, à quelques rues de Saint-Germain-des-Prés, en souvenir de ses soirées d’étudiant en goguette. Acquis pour 340.000 euros, ce ravissant souplex était loué en meublé par la précédente propriétaire. Reprenant la tradition à son compte, Charles l’a également mis en location à la journée ou à la semaine, par l’intermédiaire d’une agence spécialisée.