Immobilier ancien

Les 9.200 €/m2 en vue à Paris

Les volumes de vente se hissent à des niveaux « exceptionnels » à fin octobre 2017 en Ile-de-France, en progression de 11 % sur un an, selon la chambre des Notaires francilienne.
La barre des 9.000 €/m2 a été franchie à Paris, soit une hausse de 8,4 % sur un an. Une tendance qui devrait se poursuivre dans les prochains mois dans la capitale, et dans une moindre mesure la région.

Les ventes de logements anciens ont battu leur plein en Ile-de-France fin 2017, selon la dernière note de conjoncture des Notaires franciliens. Près de 46.500 logements anciens ont ainsi été vendus sur les trois mois d’août à octobre 2017, atteignant des niveaux « exceptionnels » selon les notaires, qui traduisent une hausse de 11% en un an. Comparé à la moyenne 1999-2007, période de référence prise par les notaires, les volumes de ventes montrent ainsi une progression de 15 %.

L'accélération des ventes s'est observée sur l’ensemble des types de biens de la région, d’après la chambre francilienne : les appartements (+11 %) comme les maisons (+10 %). Au total, « consécutivement à cette consolidation à un très haut niveau d’activité » fin 2017, ce sont quelque 180.000 transactions qui sont attendues en Ile-de-France sur l’ensemble de l’année. Soit plus de 15 % d'augmentation comparé à 2016.

Un nouveau cap à 9 200 €/m2 en vue à Paris

Du côté des prix, la hausse est aussi au rendez-vous, mais la conjoncture continue à montrer un marché à deux vitesses. Dans la capitale, les prix ont officiellement dépassé les 9.000 €/m2 (9 020 € exactement) en octobre, en augmentation de 8,4 % sur un an. Mais pour l’ensemble de la région, sur la période août-octobre 2017, la hausse est moins sensible, de l'ordre de 5,2 %. Celle-ci a davantage concerné les appartements (6,2 %, à un prix médian de 5.760 €/m2) que les maisons (3 %, 305.800 €), l’activité étant « moins soutenue lorsque l’on s’éloigne du cœur de l’agglomération », font remarquer les notaires.

Dans l'ensemble, le mouvement haussier est loin d’être terminé. En effet, d’après les avant-contrats de vente (promesses de vente) comptabilisés par les notaires, la capitale devrait atteindre les 9.200 €/m2 d’ici février, soit 8,9 % de hausse annuelle. Un tableau plus nuancé pour l’ensemble de la région : pour les appartements, un ralentissement est attendu en petite couronne parisienne, où la croissance début 2018 n’atteindrait que 2,7 % sur un an, tandis qu’en grande couronne, c'est un repli de 1 % qui est anticipé par les notaires. Les maisons franciliennes devraient quant à elles poursuivre leur hausse, en signant +4,6 % sur un an.