Le marché immobilier a signé sa 2ème meilleure année en 2022

Gaetan Pierret
Malgré un recul de 5% par rapport au record de 2021, 1.100.000 actes ont été signés.

Un recul sans surprise. Après l’année record de 2021 et ses 1,2 millions de vente, le marché s’attendait à ce que le soufflé retombe. Le repli est très léger : 5% de transactions en moins, lui permettant d’enregistrer sa deuxième meilleure année avec 1.110.000 actes signés.

Le marché immobilier est donc toujours dynamique, «malgré une érosion du nombre de ventes depuis plus d’un an», a souligné Loïc Cantin, le nouveau président de la Fnaim lors d’une conférence de presse mercredi 11 janvier.

Source : Fnaim

Le coup de frein s’est accéléré au second semestre avec l’accroissement des difficultés de financement des ménages. Pris en étau entre les taux d’intérêt à la hausse et le taux d’usure à la traine, les candidats acquéreurs se sont vu artificiellement reprendre la main dans les négociations puisque leur pouvoir d’achat ne pouvait plus suivre les aspirations des vendeurs.

Une année scindée en deux donc qui peut donner l’illusion que tout va bien. Sur un an, les prix ont augmenté de 6,7% (5,1% pour les appartements et 7,9% pour les maisons). Bien que certains plaident pour de nouveaux indicateurs de marché, le prix moyen au m² en France s’établit à 3.119 euros.

Dans le détail, ce sont les villes moyennes qui tirent le marché à la hausse. Leurs prix ont grimpé «presque deux fois plus vite que ceux des grandes villes, et les stations balnéaires près de trois fois plus vite !» a souligné Loïc Cantin.

Augmentation des prix immobiliers de l'ancien en 2022

Source : Fnaim

Le président de la Fédération a toutefois mis en garde contre un effet «en trompe l’œil» : «Corrigés de l’inflation (5,9 % en décembre 2022 en France, +10% en zone euro), les prix sont en baisse. On constate une régression dans la majorité des villes sauf quelques exceptions comme Marseille, qui n’avaient pas connu d’augmentations très importantes ces dernières années».