Le marché immobilier explose son record de ventes de 2019

Les notaires de France comptabilisent 1.198.000 transactions sur les douze derniers mois, soit 14,5% de plus qu’il y a deux ans.
Fotolia

C’est confirmé : le marché immobilier battra son record de 2019. Les notaires de France ont présenté leur bilan de l’année 2021. A fin octobre, ils comptabilisent déjà 1.198.000 transactions sur les douze derniers mois contre 1.046.000 en 2019, soit une augmentation de 14,5%. «Le volume annuel de transactions est en hausse depuis le 4e trimestre 2020, après la décrue survenue entre fin 2019 et le troisième trimestre 202, ont-ils expliqué lors de la présentation des chiffres. La fin d’année 2021 devrait s’inscrire dans une tendance toujours haussière avec des volumes nettement au-dessus du million de transactions.» Ils attribuent ce dynamisme à « une augmentation des transactions à la sortie des confinements et une accélération dans la prise de décision ».

Des prix en hausse et un pouvoir d’achat en baisse

Conséquence de cette demande très forte : les prix sont à la hausse. Sur un an, ceux des appartements anciens ont augmenté de 5,2%. C’est légèrement moins que l’année d’avant  (+6,6%) mais supérieur aux précédentes années (+4% en 2019, +3,4% en 2018 et +4,5% en 2017). «La hausse sur un an est plus prononcée en province (+7,5%) et plus atténuée en Île-de-France (+2,5%)», ont précisé les notaires.

La hausse du prix des maisons (+9%) est supérieure à celle des appartements. Une situation que les notaires qualifient « d'inédite ». Surtout, l'augmentation est beaucoup plus forte que les années précédentes (+2,5% de 2017 à 2019 et +4,2% en 2020). Pour les maisons aussi, la province tire davantage la moyenne vers le haut (+9,4%) que l’Ile-de-France (+7%).

Source : notaires de France

La flambée des prix réduit la capacité d’achat immobilier des Français. Cette année, ils ont perdu 4m² (pour les appartements) et 8m² (maisons). «En moyenne, la surface finançable (mensualité de 800 € /mois pendant 20 ans et sans apport), d’un appartement ancien sur l’ensemble de la France s’établit à 50m² en 2021», précisent les notaires. Quatre villes se distinguent toutefois avec une moyenne inférieure à celle nationale : Rennes (46 M² / - 4m²), Lille (44 m² / -2m²) et Nantes (42 m² / -2 m²). A l’inverse, 11 proposent des surfaces supérieures, c’est le cas notamment de Strasbourg et Toulouse.

La surface finançable des maisons chute à 140m² par rapport à 2020. À la différence des appartements anciens, aucune commune étudiée par les notaires ne présente une surface habitable supérieure à la moyenne nationale. «Les surfaces varient entre 57 m² (agglomération de Nice) et 131 m² (agglomération de Saint-Étienne), ont-ils souligné. Les plus fortes baisses annuelles (exprimées en m²) sont observées dans les agglomérations de Saint-Etienne (-13 m²) et Rennes (-9m²).»