Le family office des héritiers de Lego s'interroge sur l'avenir des bureaux

La rédaction
La télétravail pourrait rebattre les cartes de l'immobilier de bureaux.

Il faudra au moins deux ans avant de connaître l'impact de la pandémie de Covid-19 sur l'immobilier de bureaux, considère Soren Thorup Sorensen, directeur général du fonds Kirkbi, qui gère la fortune estimée à 20 milliards de dollars des héritiers du fondateur de Lego. Dans une interview, relatée par Bloomberg, Thomas Lau Schleicher, directeur des investissements du fonds, explique que « Kirkbi observe le temps de télétravail moyen dans différents pays et différentes villes pour essayer d'avoir une vision d'ensemble. » 

Le portefeuille immobilier du Danois, valorisé à hauteur de 1,4 milliards de dollars, se compose principalement de bureaux situés à Londres, Munich, Hambourg, Copenhague ainsi que dans diverses villes suisses. Le directeur général de Kirkbi, Soren Thorup Sorensen, indique que la valorisation de ces actifs immobiliers avait grimpé de 3% en 2020. Il estime pour le moment improbable le fait que les endroits les plus prisés pour l'immobilier de bureaux puissent souffrir de baisses de valorisation significatives, mais admet que le télétravail, même à un rythme d'un ou deux jours par semaine, aura des effets structurels.