Immobilier

L’ancien tire le marché vers le haut

La crise a fait plonger les prix au m² des appartements, aiguisant l’appétit des acheteurs.

Dans son Observatoire Marché Immobilier publié ce mardi 9 juin, le courtier en crédits et assurances Le-Partenaire.fr révèle que le marché de l’ancien continue de tirer le marché vers le haut. Cette tendance se dessinait déjà dans son précédent observatoire publié début mai.

 « Le marché de l’immobilier ancien n’a jamais été aussi dominateur face au neuf » affirme la société. Il représente 89% des acquisitions (57% de maisons et 37% d’appartements), soit 2 points de plus par rapport à mai. La raison est simple : « Durant le confinement, tous les chantiers de construction ont été mis à l'arrêt, les permis de construire n’ont pas été délivrés et c’est tout le marché du neuf qui a été stoppé. Il faut donc du temps pour qu’il redémarre » explique le courtier.

Dans le détail, c’est surtout le prix au m² des appartements qui a fortement diminué : -847 euros entre mai et juin, soit 3 516 euros/m2 actuellement. Un coût bien éloigné des 11 775 €/m² pour un appartement dans la capitale selon les chiffres de Le-Partenaire.fr. Le prix des maisons a également augmenté : il s’établit aujourd’hui à 269 283 €, soit une augmentation de 5 013 €.

Contacté par la rédaction, Ludovic Laborde, directeur général de Le-Partenaire.fr, a complété l’éclairage de son Observatoire mensuel : « En France, une surface moyenne pour la maison est de 131 m² et pour un appartement de 94 m². Nous constatons une augmentation de 10 % du prix au m² due à l’arrivée de logements plus petits sur le marché de la vente. Certains propriétaires, notamment franciliens, souhaitent une surface plus grande ou moins urbaine ».

La typologie des acquéreurs reste la même qu’en mai : 74% sont des couples de 35 ans avec un enfant qui acquièrent un bien d’une valeur de 240 835 € et d’une surface de 94 m2. Ils disposent d’un revenu moyen par emprunteur de 2 314 euros et d’une épargne de 40 319 euros (à deux).