Immobilier

La reprise se confirme

Selon le dernier baromètre LPI-Seloger, les prix des logements dans l’ancien et dans le neuf retrouvent le chemin de la hausse, même si elle n'est n’est pas uniforme d’une ville à l’autre. Le volume de transactions est également en augmentation, dopées par des conditions de crédit qui restent attractives.

Les prix des logements retrouvent une courbe ascendante. C’est l’un des constats du dernier baromètre LPI-Seloger. « La remontée des prix amorcée au printemps 2015 se confirme. La parenthèse récessive est bien refermée », indique l’étude. Sur le créneau des logements anciens, les prix sont supérieurs de 1,8 % en moyenne  par rapport à leur niveau de janvier 2015. Les maisons ont vu leur tarif grimper de 3 % alors que l’augmentation sur les appartements n’est que de 1,1 %. Si ce mouvement haussier est général, il n’affecte pas les grandes métropoles de la même façon. Ainsi à Paris, les biens n’ont augmenté que de 0,7% alors que la progression st plus marquée dans des villes comme Bordeaux (3,1 %), Lyon (3,8 %) ou bien Toulouse (3,1 %).

Sur le segment des logements neufs, le baromètre constate qu’en 2015, «  la pression sur les prix s’est renforcée, avec la reprise d’activité observée dans les secteurs des maisons individuelles et de la promotion immobilière ». Les prix du neuf se situent à 4,1 % au-dessus de leur niveau d’il y a un an. Cette hausse est de 3,9 % pour les appartements et de 4,2 % pour les maisons.

Pour ce qui concerne l’évolution du nombre de transactions, alors que les mois d’hiver sont jugés habituellement plutôt calmes, le baromètre constate qu'en janvier 2016, le volume de transactions a bondi de 10,5% sur le dernier trimestre. Par comparaison, le rythme n’était que de 0,1% il y a an. «  Les ventes bénéficient de très bonnes conditions de crédit », indique l’étude. Ce qui a un effet incitatif sur les candidats à l’achat : «  Le marché retrouve progressivement le dynamisme perdu avec la suppression du PTZ dans l’ancien. »