La Fnaim veut modifier le Denormandie

Son président Jean-Marc Torrolion propose de recentrer l’avantage fiscal sur les catégories F et G.

Déception. C’est le mot qui résume le mieux le dispositif Denormandie, qui peine à se faire une place parmi les dispositifs fiscaux immobilier actuels. Une situation que déplore la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) et son président Jean-Marc Torrollion qui regrettait récemment dans les colonnes de Capital «un périmètre trop étroit» et «un manque d’offres évident». Et pour cause, le dispositif, qui offre une réduction d’impôt pour l’acquéreur d’une passoire thermique qui s’engage à la rénover et la mettre en location, est limité à seulement 222 villes !

Pour donner une seconde vie au dispositif, le dirigeant de la Fnaim propose de recentrer l’avantage fiscal sur l’investissement dans les passoires thermiques F et G. Pourquoi ces deux catégories ? Il estime qu’avec la nouvelle loi climat, qui va interdire la location de ces biens en 2025 (G) et 2028 (F), de nombreux propriétaires n’engageront pas les travaux nécessaires et préfèreront vendre. Un afflux de passoires thermiques qui pourrait donc augmenter l’offre disponible et mettre un coup d’accélérateur au Denormandie, à condition de revoir un peu sa copie.