La Fnaim s’invite dans le débat de la présidentielle

La Fédération a publié une liste de 19 propositions visant à remettre le logement au cœur du débat.

L’ensemble des candidats à l’élection présidentielle n’est même pas encore connu que la Fnaim souhaite déjà se faire entendre. La Fédération nationale de l’immobilier regrette que le logement n’émerge toujours pas à six mois du lancement officielle de la campagne présidentielle et publie une liste de 19 propositions visant à remettre le sujet au cœur du débat.

Ses propositions concernent aussi bien l’offre de logements que l’accès à la propriété, la rénovation du parc immobilier, le rééquilibrage territorial et même la sécurité. Elle prévient également que «la priorité absolue du quinquennat qui s’ouvre doit être la réorientation des efforts vers le logement existant».

Un «green deal» de l’habitat

En matière de rénovation énergétique, l’opposition de la Fnaim au calendrier de rénovation de la loi Climat était déjà connue. La fédération fustige à nouveau son rythme «compréhensible compte-tenu de l’enjeu écologique mais dont les conséquences sont risquées s’il n’est pas anticipé». Elle invite donc le futur gouvernement à dresser une cartographie de l’indécence énergétique pour anticiper une pénurie de logements en location. Elle propose également l’instauration d’un «green deal» de l’habitat, piloté à l’échelle des intercommunalités, reposant sur une cartographie de l’état du parc immobilier dans les territoires. L’idée est de réunir autour de la table l’ensemble des parties prenantes (les citoyens, les entreprises, l’Etat, les collectivités) afin d’aborder la problématique de la rénovation avec un angle global. «La rénovation énergétique doit être pensée comme un système, dans lequel chaque acteur prend sa part, souligne le président de la Fnaim Jean-Marc Torrollion. Ce green deal permettrait d’articuler les aides dans le respect de la réalité d’un territoire.»

La Fnaim appelle également à continuer de faciliter la rénovation des copropriétés, en créant un produit d’épargne dédié à la rénovation énergétique reposant sur le plan pluriannuel de travaux (PPT).

L’innovation bancaire pour faciliter l’accession

Si la rénovation est un sujet primordial en immobilier, l’accession à la propriété l’est tout autant. L’année 2021 aura été marquée par les annonces du Haut conseil de stabilité financière (HCSF). Celui-ci a durci les conditions d’octroi de prêt pour éviter la surchauffe du marché, stimulé par une offre très forte et des taux d’intérêt très bas. Une situation qui complique la possibilité pour certains ménages de souscrire un crédit. Les règles du HCSF étant en passe de devenir contraignantes, la Fnaim appelle les banques à plus d’innovation. «Le dogme de l’endettement sur 25 ans doit tomber dans le cadre d’offres de bancaires plus souples, y compris sur l’investissement locatif», recommande-t-elle.

En parallèle, alors qu’elle prévient que la remontée des taux d’intérêt est «inévitable» - comme les courtiers l'alertaient déjà récemment - elle lance l’idée de la portabilité des prêts au moment de la mutation. Sauf négociation avec l’établissement financier qui a octroyé cet emprunt, le remboursement anticipé d’un prêt immobilier génère des coûts à la charge de l’emprunteur, ce qui peut s’avérer un frein à la décision de vendre et contraint à se refinancer sur un marché haussier. La solution de la Fnaim est donc de « permettre (…) le transfert du prêt accordé au vendeur au profit de son acquéreur, sous réserve de l’accord de l’établissement prêteur ».

L’ensemble des propositions que la Fnaim soumettra aux candidats à l’élection présidentielle est consultable sur son site Internet.