La collecte des SCPI a marqué le pas pendant l’été

Elles ont collecté 1,5 milliard d’euros au troisième trimestre, soit une baisse de 21% par rapport au précédent.
Fotolia

Saison estivale oblige, la collecte des SCPI a ralenti au troisième trimestre. Entre juillet et septembre, elles n’ont attiré que 1,5 milliard d’euros alors qu’elles en avaient collecté 1,9 milliard au trimestre précédent, soit une chute de 21%. C’est ce qui ressort des chiffres de la collecte des supports immobiliers de l’Aspim et l’IEIF (1) publiés vendredi 15 octobre.

Pour autant, les SCPI n’ont pas à rougir. Depuis le début de l’année, elles ont attiré 5,2 milliards d’euros. Un résultat en hausse de 15% par rapport à la même période en 2020, mais en chute de 15% par rapport aux neufs premiers mois de 2019, « année record pour les SCPI », précisent l’Aspim et l’IEIF dans leur communiqué.

L’Aspim a profité de cette publication pour présenter la nouvelle classification des SCPI (voir encadré). Nouvelle nomenclature certes, mais pas de changements dans le détail de la collecte. Ce sont toujours les SCPI « à prépondérance bureaux » qui attirent le plus de flux financiers, suivies par celles de santé et éducation. Plus surprenant, les diversifiées n’arrivent qu’en troisième position.

Les SCI tirent leur épingle du jeu mais pas les OPCI

La collecte des sociétés civiles supports d’unités de compte immobilières a également marqué le pas au troisième trimestre. Elles ont enregistré 633 millions d’euros de souscriptions nettes contre 878 millions au précédent (28%). Elles s’arrogent toutefois une bonne part du gâteau de la pierre papier : depuis le début de l’année, les 31 sociétés civiles ont engrangé pas moins de 2,4 milliards d’euros, soit près de 31% de la collecte annuelle des fonds immobiliers grand public.

De leur côté, les OPCI grand public continuent d’être boudés par les investisseurs malgré des performances honorables : + 2,6% entre décembre 2020 et mi-septembre 2021(2). Leur collecte du troisième trimestre s’écroule à 33 millions d’euros alors qu’elle ne brillait déjà pas beaucoup au second (45 millions d’euros).

Une nouvelle classification des SPCI

L’Aspim classifie désormais les thématiques de gestion en sept catégories : bureaux, commerces, résidentiel, hôtels, logistique et locaux d’activité, tourisme et loisirs, santé et éducation et enfin les « alternatifs » (toute typologie n’entrant dans aucune des précédentes catégories). Le tout en utilisant à présent le terme de « SCPI à prépondérance thématique ». Pour qu’une stratégie soit qualifiée de « diversifiée », le fonds devra cibler au moins trois classes d’actifs différentes sans qu’aucune ne dépasse 50% de l’allocation globale.

(1) Association française des sociétés de placements immobiliers / Institut de l'épargne immobilière et foncière 

(2) Indice IEIF OPCI Grand Public bimensuel.