Immobilier : une pause sur les prix

Le site MeilleursAgents.com livre son analyse mensuelle des prix de l’immobilier. Les taux de crédits toujours bas poussent les acheteurs à l’attentisme

Faire une pause. Voici le principal enseignement du 95eme baromètre mensuel réalisé par MeilleursAgents.com concernant les prix dans l’immobilier. Le réseau estime qu’en Ile-de-France et dans la plupart des villes de province, les prix ont légèrement baissé. « Alors que ces derniers mois, la faiblesse des taux d’intérêt était vue comme une aubaine dont il fallait tirer parti au plus vite, elle est aujourd’hui considérée, à tort ou à raison, comme durable. Moins pressés, les acheteurs prennent leur temps suscitant ainsi un refroidissement léger et probablement temporaire du marché », précise le baromètre. Pour MeilleursAgents, les prix à Paris n’ont augmenté en moyenne que de 0,1 % en septembre. Les petites surfaces (studios et deux-pièces) plus demandées et restant rare sur le marché ont connu une augmentation plus marquée de 0,3 %. Les grands appartements familiaux ont vu leur prix baisser de -0,2 %. « En Petite Couronne, les prix ont baissé en moyenne de -0,2% en septembre. Le département des Hauts-de-Seine reste stable alors que la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne voient leurs prix diminuer de -0,4%. Naturellement, la tendance se propage en cercles concentriques dans la Grande Couronne dont les prix moyens ont baissé de -0,3% en septembre », analyse le baromètre.

MeilleursAgents.com

En province, la situation est plus contrastée. Si des villes comme Strasbourg, Marseille, Lyon et Toulouse voient leurs prix diminuer, Montpellier, Lille, Nantes et Bordeaux restent sur une dynamique haussière. Pour MeilleursAgents, il y a un certain attentisme de la part des ménages, en partie lié aux annonces faites dans le cadre de la présentation de la politique du logement pour le quinquennat. « Les ménages qui devaient acheter en 2017 l’ont déjà fait. Ils ont été très actifs au printemps, après la hausse limitée des taux d’intérêt en début d’année qui les a encouragés à accélérer de peur de nouvelles hausses. Mais les taux ayant retrouvé leur position précédente, les acheteurs, rassurés, pensent qu’ils peuvent compter durablement sur des taux faibles et ne se précipitent plus », annonce le baromètre. Et de conclure que ces baisses ne sont que passagères et pas de nature à enrayer la dynamique immobilière constatée durant l’année.