Immobilier : Paris retrouve la raison, la province s’enflamme

En 2020, les prix de l’ancien ont augmenté de 6,4 %, tirés notamment par les grandes agglomérations en région. Ils sont encore à la hausse depuis le début de l’année.
Les prix ont augmenté de 9 % en 2020 à Montpellier. Source : Montpellier.fr

Confinés ou pas, les Français ont poursuivi leurs projets immobiliers après quelques ajustements. Conséquence : les prix ont flambé dans certaines villes alors qu’ils marquaient le pas dans d’autres, comme à Paris. Les notaires ont fait le point sur ces disparités locales dans leur dernière note de conjoncture.

Ralentissement de la hausse à Paris, la province reprend le flambeau

En un an, les prix en Île-de-France ont grimpé de 6,4 % entre le quatrième trimestre 2019 et le quatrième trimestre 2020. Pourtant, Paris intra-muros, moteur de la région, a vu la flambée de ses prix ralentir dès le troisième trimestre 2020. Ce ralentissement semble se confirmer selon l’indicateur avancé des avant-contrats. « Un atterrissage en douceur des prix semble également se dessiner dans les prochains mois en Petite et Grande Couronne : il se lit graphiquement sous la forme d’un plateau qui marque la stabilisation ou une légère érosion attendue des prix », ajoutent les notaires.

En province, c’est le scénario inverse qui se joue : presque tous les départements affichent des prix médians en hausse. « Montpellier, Marseille-Aix-en-Provence et Pau augmentent respectivement de 9 %, 7 % et 6 % au 4ème trimestre 2020, après de légères baisses constatées un trimestre plus tôt. Saint-Étienne, lanterne rouge du classement, bondit même de 14 % sur le dernier trimestre 2020 », précise la note des notaires.

Les avant-contrats indiquent que la flambée des prix provinciaux devrait marquer le pas, notamment ceux des appartements (+3,2 % à fin mai 2021, contre +6,3 % au 4e trimestre 2020), mais un peu moins ceux des maisons (+6,3 % à fin mai 2021 contre +6,5 % au 4e trimestre 2020). Dans le détail, les notaires prévoient toutefois des disparités locales. Les appartements bordelais devraient connaitre une nette diminution : - 5 % sur un an attendu à fin mai 2021. A contrario, la hausse devrait continuer à Nantes, Montpellier, Caen, Rouen, Grenoble et Toulouse.

Evolution des prix entre les 3e et 4e trimestres 2020 et sur un an 

Sources : Notaires de France 

Les indicateurs du neuf virent au rouge

Les notaires s’inquiètent pour le marché du logement neuf qui semble à la traine. Ils préviennent que trois indicateurs notamment ont « viré au rouge » au cours des douze derniers mois :  

  • 377.600 logements ont été autorisés à la construction, soit 16,3 % de moins qu’au cours des douze mois précédents.
  •  
  • Sur la même période, les mises en chantier ont chuté de 11,3 %: c’est, très concrètement, 44.000 logements de moins.
  •  
  • Les ventes de logements neufs s’effondrent, avec 26.605 réservations au 4e trimestre 2020, soit près d’un quart de moins qu’au 4e trimestre 2019. Sur l’année 2020, 31.500 logements de moins qu’en 2019 auront été réservés, soit -24,1 %

Un premier trimestre de hausse

Qu’elle décélère ou accélère, la hausse des prix continue depuis le début de l’année. C’est ce que nous apprend le dernier baromètre LPI / SeLoger sur la situation trimestrielle du marché immobilier (1). Depuis janvier, les prix au m² signés dans l’ancien ont augmenté de 3 %. Ils sont même en hausse de 4,8 % pour les maisons. « Habituellement, une telle augmentation s’observe plutôt en avril ou en mai, lorsque le marché de la maison individuelle enregistre la pression d’une demande qui prépare les prochains déménagements de la fin de l’été, explique le baromètre. Mais cette année, le renforcement d’une demande qui exprime traditionnellement sa préférence pour ce type d’habitat s’est appuyé sur une amélioration sans précédent des conditions de crédit (taux et durée) proposées par les banques ». Les prix au m² des appartements n’a été en hausse que de 1,7 % depuis janvier.

Evolution des prix au 1er trimestre 2021

Source : baromètre LPI / SeLoger

(1) : Baromètre LPI / SeLoger, prix à fin mars 2021