Immobilier : les taux remontent et le marché marque le pas

Les prix n’ont augmenté que de 0,2 % en ce début d’année. Sous pression, les banques commencent à remonter leurs taux d'intérêt.

Après l’euphorie, le retour à la raison. La surchauffe que le marché immobilier a connue en 2021 semble se calmer.

Mardi 1er février, Meilleurs Agents a livré ses premiers chiffres pour ce début d’année. La plateforme d’estimation en ligne dit ainsi avoir relevé une augmentation des prix de seulement 0,2 % depuis janvier. Les villes rurales, en ébullition l’année dernière, accusent particulièrement le coup : +0,1 %.

Si l’ensemble du marché semble encore plongé dans une accalmie hivernale, Meilleurs Agents pointe toutefois des disparités. «Alors que Strasbourg est sur une tendance à la baisse (-0,6 %), d’autres à l’inverse font mieux que résister à l’image de Bordeaux (+0,5 %) et Nice (+0,6 %), peut-on lire dans son dernier baromètre. Quant à Toulouse et Lille, elles enregistrent les plus belles performances du mois (+0,8 %) et sont les seules à voir leurs prix grimper de plus de 1 % (respectivement, +1,1 % et +1,3 %) depuis fin novembre

La plateforme ajoute également que le recul des prix parisien, qu’elle observe depuis septembre, semble «marquer le pas» (+0 %). De quoi éloigner le scénario d’un retour sous le seuil des 10.000 euros le m² (10 208  euros/m²).

De leur côté, les notaires misaient sur une augmentation des prix plus importante. Dans leur dernière note de conjoncture diffusée lundi 31 janvier, ils estimaient que les appartements anciens seraient en hausse de 5 % entre février 2021 et février 2022, 10,1 % pour les maisons anciennes. «Les projections des avant-contrats mettent en lumière une augmentation des prix sur des villes et des agglomérations de taille moyenne comme Angers, Limoges, Dijon ou Saint-Nazaire au détriment de grandes villes comme Bordeaux qui ont probablement atteint un pic et qui connaîtront une stabilisation des prix voire une légère décrue», ajoutaient-ils.

Le baromètre de Meilleurs Agents n'est pas le premier témoin d'un marché immobilier atone. Mi-janvier, BPCE relevait déjà une accalmie dans les projets des Français.

Les banques remontent leurs taux d'intérêt

Cette fois, c’est la bonne ? Après de légères remontées en fin d’année, les taux de crédit immobilier n’avaient pas bronché début 2022. Mais le mois de février semble marquer un changement. Les courtiers relèvent des hausses dans les barèmes des banques de 0,6% à 1,25% selon Meilleurtaux. Le courtier en ligne établit une moyenne qui reste toujours profitable aux emprunteurs : le taux moyen sur 15 ans s’élève à 0,90%, à 1,05% sur 20 ans et à 1,25% sur 25 ans.

La hausse des taux est pour l’instant contenue mais pourrait continuer dans les prochains mois. Les banques se retrouvent en effet sous pression, avec peu de leviers pour reconstituer leurs marges. En effet, d’un côté, l’inflation repart  : +2,9 % sur un an en janvier selon l’Insee. De l’autre, la remontée des taux d’emprunt d’Etat, passés de 0 % fin décembre à 0,37 % début février, les met également sous pression. «Pour autant, elles ont toutes des objectifs de production de crédit élevés et devront pour les atteindre rester compétitives ce qui pourrait les conduire à limiter la hausse des taux tout en veillant tout de même à préserver leurs marges », temporise Julie Bachet, directrice générale du courtier Vousfinancer dans une note. Elle ajoute que les taux d’usure (taux maximums au-delà desquels une banque n’a pas le droit de prêter) « à un niveau très bas, devraient contribuer également à limiter la remontée des taux, sous peine d’exclure les emprunteurs les plus fragiles».

Après plusieurs trimestres de recul dans le sillage de la baisse des taux de crédit, les taux d'usure se sont stabilisés en janvier pour le 1er trimestre 2022. S’ils restent bien au-dessus des taux d’intérêt affichés par les banques, ils pourraient contribuer à un double effet ciseaux, pénalisant les emprunteurs. Les taux d’usure étant ajustés avec trois mois de décalage, leur ajustement par la Banque de France accuserait donc en retard par rapport à la remontée des taux d’intérêt.

Les taux d'intérêt des crédits immobilier en février :

15 ans : 0,90%, 

20 ans : 1,05% 

25 ans : 1,25%