Immobilier : les prix retrouvent leur dynamique d’avant crise  

Certaines métropoles ont quasiment effacé l’effet du Covid. Les délais de vente se raccourcissent à peu près partout.  
(Pixabay)

Comme un air de déjà-vu. Selon le baromètre national des prix immobiliers de Meilleurs Agents publié ce mardi 1er juin, les prix des grandes agglomérations retrouvent leur dynamique d’avant la crise sanitaire.

C’est le cas notamment de Bordeaux : après avoir enregistré un recul de 0,1 % en un an, l’agglomération bordelaise enregistre une remontée de 0,3 % en un mois. La tendance semble généralisée : + 1 % à Nantes en un mois, + 0,9 % à Strasbourg, + 0,7 % à Lille et Marseille, + 0,4 % à Toulouse et Rennes…De son côté, Paris n’enregistre qu’une augmentation de 0,3 % en un mois alors que ses prix ont dégringolé de 1,7 % depuis juin dernier.  

Point rouge isolé parmi tous ces signaux verts, Montpellier : - 0,3 % en un mois, - 1 % depuis un an. « La préfecture de l’Hérault pourrait néanmoins bientôt suivre le mouvement grâce à un nombre d’acquéreurs en hausse, à l’image du reste de l’Hexagone », prévient Meilleurs Agents dans son baromètre.

42 jours pour vendre un bien

La remontée des prix ne refroidit pas les candidats acquéreurs. Ils sont nombreux à vouloir concrétiser leur projet immobilier alors que l’offre elle n’augmente pas de manière proportionnelle. Conséquence : le marché se tend au profit des vendeurs. Les acheteurs se décident plus rapidement car ils savent la concurrence féroce. « Près de la moitié des grandes métropoles françaises ont vu leur délai de vente tomber autour des 42 jours (40 jours à Nantes, 41 à Strasbourg, 43 à Rennes, 44 à Lyon…) », écrit Meilleurs Agents. En moyenne, ils sont en chute d’une dizaine de jours depuis janvier. Une chute accélérée par les vendeurs : « Plus question comme avant la crise de la Covid-19 de se montrer trop gourmands ou de refuser une proposition dans l’espoir d’une meilleure offre », explique Meilleurs Agents.

Source : Meilleurs Agents