Immobilier européen : louer plutôt que vendre ?

Gaetan Pierret
Les loyers ont plus augmenté dans les grandes villes européennes que les prix de vente.

Vendre ou louer ? Beaucoup de propriétaires se posent la question, tant la conjoncture complexifie le processus de décision. Casafari a fait son choix : il vaut mieux louer. Le réseau immobilier a analysé l’évolution sur un an des marchés immobiliers de grandes villes françaises, espagnoles, italiennes et portugaises.

L’offre s’écroule dans les principales villes européennes

Les loyers des villes du panel de Casafari ont augmenté en moyenne de 13,4% par an et sont, dans la plupart des cas, le résultat d'une contraction de l'offre, avec une diminution moyenne de celle-ci de 30%. Dans le détail, Madrid s’en sort bien avec une baisse modérée de 6,2% alors que ses rivales européennes affichent des replis plus importants : -21,4% à Paris, -32,5% à Barcelone, -37,6% à Milan et surtout -52,3% à Lisbonne

Paradoxalement, la raréfaction de l’offre n’a pas le même effet sur les prix de vente que sur les loyers. L’augmentation des seconds est bien plus prononcée que celle des premiers. Les prix de vente n’ont ainsi augmenté que de 2,5% en moyenne sur l’ensemble des villes analysées par Casafari. Barcelone s’en sort plutôt bien avec un quasi statu quo par rapport à 2021 (+0,6% sur un an). A l’inverse, Lisbonne a vu ses prix bondir de 8,8% sur la même période. Mais c’est la capitale française qui conserve la tête du classement avec ses 12.635 euros du m², loin devant ses rivales européennes.

L’écart entre la hausse des loyers et celle des prix de vente profitent aux investisseurs locatifs. Casafari dit avoir constaté un rendement brut moyen de 4,8%, «en hausse de 10,3% par rapport à l'année précédente», sur son panel de villes entre juin et août 2022.

La remontée des taux d’intérêt et du taux directeur de la BCE conduit Casafari à anticiper une baisse des prix de vente jusqu’à la fin de l’année. Une tendance qui pourrait clairement pousser les propriétaires vers la location plutôt que vers la vente de leur bien. D’autant que l’offre locative continue d’être sous tension dans les grandes villes européennes.