Finple se met à la fiducie-sûreté

La plateforme de crowdfunding immobilier lance une nouvelle offre accessible dès 2.000 euros, en collaboration avec le cabinet d’avocats spécialisé Ravet.

Mariage d’un nouveau genre. Alors que le financement participatif lorgne de plus en plus du côté de la gestion d’actifs, Finple se lance dans la fiducie-sûreté. La plateforme spécialisée dans les projets immobiliers a annoncé lundi 28 février la commercialisation de cette nouvelle offre et a déjà bouclé une première opération.

Des actifs isolés et protégés

La fiducie-sûreté est le transfert de propriété d'un bien à un créancier, qui le restitue au débiteur une fois la dette réglée. Il s’agit d’un contrat tripartite entre :

  • Le constituant, qui crée la fiducie et y transfère ses actifs immobiliers dans le but de les utiliser en garantie d’un financement.
  • Le fiduciaire (ici le cabinet d’avocats Ravet, spécialisé dans le domaine) conserve et gère les actifs jusqu’au remboursement complet des créanciers.
  • Le bénéficiaire (Finple et ses clients investisseurs) perçoit, chaque trimestre, des revenus.

Avantage de la fiducie : les actifs sont isolés du patrimoine global du constituant et donc hors de portée d'éventuels créanciers en cas de défaillance. Si la dette n'est pas remboursée, le fiduciaire procède au déclenchement des sûretés (vente des biens) au profit des bénéficiaires de la fiducie. Il remboursera les obligataires et restituera le reste au constituant.

Moins de rendement mais plus de garantie

La plupart du temps, le financement accordé par Finple prendra la forme d’un emprunt obligataire in fine. «L’offre en fiducie-sûreté est dédiée à des opérations comprises entre 1 et 8 millions d’euros, pour une durée comprise entre 2 et 5 ans, précise la plateforme dans un communiqué. Le taux d’intérêt réglé par les constituants oscille entre 6% et 9%, tandis que le rendement visé pour les particuliers investisseurs évolue entre 3,5% et 5,5%.»

Le plafond maximum par projet sera toutefois abaissé à 5 millions d’euros en novembre prochain, au moment de l’entrée en vigueur effective du nouveau règlement européen régissant le financement participatif. Les projets seront accessibles dès 2.000 euros et dureront entre 24 et 60 mois, soit plus longtemps que la moyenne des projets de crowdlending (33 mois). «Ce sont essentiellement des foncières qui sont intéressées par ce type d’offre, d’où des maturités plus longues que la moyenne du marché», explique Thomas Desrone.  

Finple fait ainsi un nouveau pas dans la diversification de son offre en misant sur la sécurité davantage que le rendement (la moyenne du crowdlending en 2021 était de 5,9% selon Financement Participatif France). Fin 2021, elle lançait sa solution de crowdfunding avec capital assuré pour le grand public après l’avoir réservé à un petit nombre d’investisseurs depuis 2020.