Crédits immobiliers : déjà des taux à 3%

Gaétan Pierret
La fin d’année risque d’être compliquée pour les ménages qui veulent emprunter, pris en tenaille entre des taux d’intérêt à la hausse et un taux d’usure qui augmente plus lentement.

Et c’est reparti ! Alors qu’ils avaient trouvé un peu de répit fin septembre avec la publication des taux d’usure du quatrième trimestre, les courtiers redonnent de la voix. La cause de leur courroux : les barèmes bancaires de novembre.

Les banques ont très tôt fait d’augmenter les taux d’intérêt des crédits immobiliers autant que la faible augmentation de 0,48% du taux d’usure sur les emprunts de 25 ans le leur permettait (voir ci-dessous). « Dans les 15 jours qui suivaient [la publication des taux d’usure, ndlr], les banques qui acceptent encore de jouer nous annonçaient des hausses de leurs taux de crédit de 0,30% (moyenne), témoigne Olivier Lendrevie, le patron de Cafpi, sur LinkedIn. De nouveau, ces derniers jours, des ajustements de +0,20% sont annoncés.»

Taux d’usure du 4ème trimestre

Emprunts de plus de 20 ans : 3,05% (+0,48% par rapport au T3)

Emprunts de 20 ans et moins : 3,03% (+0,43%)

En seulement deux mois, les banques ont augmenté leurs taux d’intérêt de 0,50 points selon le courtier Vousfinancer (0,20 point en octobre et 0,30 en novembre). Pour ce mois, les taux moyens sont ainsi de 1,8% sur 15 ans, 2% sur 20 ans et 2,20% sur 25 ans.  «De plus en plus de banques affichent désormais des taux proches de 2,5% sur toutes les durées,», souligne Julie Bachet, directrice générale de Vousfinancer dans une note. Elle indique même voir «revenir des taux à 3% sur les durées les plus longues. Des taux de crédit qui n’étaient plus pratiqués depuis 2016…».

La fin d’année risque donc d’être compliquée pour les ménages qui veulent emprunter. Ils se retrouvent à nouveau pris en tenaille entre des taux d’intérêt à la hausse et un taux d’usure qui augmente plus lentement. Malgré les critiques sur sa méthode de calcul, il les protège toutefois d’une flambée des taux d’intérêt. Car en parallèle, les banques sont elles-mêmes toujours confrontées à des problématiques de refinancement, notamment causées par la remontée des taux directeurs de la Banque Centrale Européenne (BCE). Elles n’hésiteront donc pas à profiter de la prochaine révision du taux d’usure prévue pour le 1er janvier prochain. Comme celui-ci est calculé sur la base des taux d'intérêt pratiqués par les banques sur les trois derniers mois, majoré d’un tiers, il pourrait augmenter plus rapidement que cette année du fait de leur forte dynamique haussière.

A retenir

Les taux d’intérêt moyens en novembre :

1,8% sur 15 ans

2% sur 20 ans

2,20% sur 25 ans