Crédit immobilier : une hausse de l’OAT à surveiller

Le taux d’emprunt d’Etat atteint 1 %, après avoir grimpé ces derniers jours. Un mouvement de hausse plus soutenu des taux fixes de crédits immobiliers n’est pas exclu à terme, si la tendance se poursuit

Le mouvement n’est pas exceptionnel, mais suffisamment soudain pour que les courtiers en crédit immobilier le remarquent. L’OAT 10 ans atteint désormais la barre des 1 %, contre 0,85 %  il y a dix jours, « du jamais vu depuis avril 2017 », souligne Sandrine Allonier, porte-parole du courtier en crédit Vousfinancer.com. Pas alarmant en soi, ce niveau pourrait en théorie, si l’augmentation s’intensifiait, influencer à terme les barèmes de taux des banques. Encore très accessibles, ils affichent environ 1,6 % sur 20 ans, après être restés durablement bas ces deux dernières années. 

Conséquence de la hausse du taux long américain, mais aussi de l’inflation et de la reprise économique selon les courtiers en crédit, un cycle haussier pourrait s'installer sur le front des emprunts d’Etat. « A priori, pour le taux US, le mouvement devrait être durable. En Europe, la Banque centrale européenne peut agir, elle peut contenir la hausse via le Quantitative Easing, politique qu’elle pourrait être amenée à conduire plus longtemps que prévu », explique Sandrine Allonier. Pour autant, les banques ne devraient pas rester immobiles longtemps, car « elles sont très sensibles à leurs marges. Et si cela remontait à nouveau brusquement, elles pourraient répercuter la hausse sur les taux de crédit qu’elles proposent », ajoute l'experte.

« Ce mouvement est à surveiller, mais il va peut-être vite se stabiliser », juge pour sa part Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com pour qui, quoi qu’il en soit « les banques ne vont pas répercuter la hausse tout de suite ». Prudence, donc avant d'en conclure trop hâtivement à une brutale remontée des barèmes de taux : « il faudra suivre ce qui va se passer durant le mois », selon Maël Bernier.