Crédit immobilier : les demandes de renégociation reprennent

Nouvelle baisse des taux oblige en mars, les sollicitations des emprunteurs pour revoir leur barème de taux à la baisse refont leur apparition.

Vers une nouvelle vague de renégociations de crédits immobiliers ? Alors que le niveau actuel des taux pratiqués par les banques est « proche des records de fin 2016 », en mars, « 10 % des demandes de prêts enregistrées chez Vousfinancer sont des renégociations de prêt ». Pour mémoire, celles-ci ne représentaient que 5 % des demandes en janvier 2018, contre 15 % en janvier 2017 et plus de 25 % en septembre 2016, selon le courtier en crédit. 

S’il s’agit « plus d’un sursaut que d’une recrudescence de demandes », la tendance est bien réelle et liée à l’environnement favorable du crédit, estime Sandrine Allonier, directrice des relations banques de Vousfinancer. « Compte tenu de l’affaiblissement de la demande constatée en début d’année, mais également sous l’effet de la détente des taux d’emprunt d’Etat repassés à 0,72 % contre près de 1 % mi-février, les taux de crédit immobilier sont particulièrement attractifs.Compter entre 1,30 et 1,60 % selon les dossiers pour des prêts sur 20 ans.

L’opération peut s’avérer intéressante pour les emprunteurs : « avec les récentes baisses de taux, il existe désormais un écart de 0,70 à 1 point avec les taux des crédits souscrits en 2015 et au premier trimestre 2016, crédits qui en 2016 et 2017, étaient trop récents pour être renégociés », précise le courtier. Reste qu’il faut garder en tête les frais de remboursement anticipé qui devront être versées à l’ancienne banque, de même que les frais de dossier et frais de garantie, qui « peuvent, sous conditions, être réintégrés dans le nouveau prêt ».