Crédit immobilier : forte hausse des taux d’intérêt

Gaetan Pierret
Les banques les ont augmentés en moyenne de 0,30 point. Ils atteignent 2,4% sur 15 ans, 2,6% sur 20 ans et 3% sur 25 ans.

Le début d’année est rude pour les acquéreurs. Les barèmes bancaires des crédits immobiliers pour le mois de janvier révèlent d’importantes hausses des taux d’intérêt. Les banques les ont augmentés en moyenne de 0,30 point, avec une pointe à 0,50 point pour un établissement, avertit Vousfinancer.

Ils atteignent ainsi 2,4% sur 15 ans, 2,6% sur 20 ans et 3% sur 25 ans, retrouvant ainsi leur niveau de fin 2015. Rapporté à un an, la hausse est plus spectaculaire. Entre janvier 2021 et janvier 2022, «les taux affichés ont plus que doublé, avec des hausses de 1,30 point en moyenne sur 12 mois, une envolée inédite tant par son ampleur que sa rapidité», écrit le réseau de courtiers dans une note.

En parallèle le taux d’usure continue d’augmenter à son rythme. Celui applicable au 1er trimestre 2023 a augmenté de 0,50 point. Une hausse importante par rapport aux précédentes évolutions (voir ci-dessous) mais qui continue de crisper le marché et surtout les courtiers. «Cette remontée des taux d’usure d’un demi-point est malheureusement insuffisante car beaucoup de banques ont anticipé cette hausse et proposent d’ores et déjà en janvier des taux compris proche de 3 % sur 20 ans et plus», explique Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.


Source : Vousfinancer

La profession continue d’être vent debout contre le refus de la Banque de France de revoir la méthode de calcul du taux d’usure. Le gouverneur marche sur des œufs : lâcher du lest reviendrait à permettre aux banques d’augmenter les taux d’intérêt de manière proportionnelle à la hausse de leurs propres coûts de refinancement. Si l’équation parait logique, elle fait surtout craindre au gouverneur – et au gouvernement – une flambée des taux d’intérêt incontrôlable. Quitte à préférer le statu quo tant que les chiffres du marché immobilier continuent à donner l’illusion que tout va bien. Les premières estimations sortent un total de ventes compris entre 1,11 et 1,13 million, proche du record de 2021 (1,17 million). Début décembre, la Fnaim relevait une décélération de la hausse des prix : +6,6% sur un an alors qu’ils étaient encore en hausse de 8,2% début avril.

Les acteurs immobiliers sont pourtant formels : les prix commencent à s’infléchir. En cause un assèchement de la demande par un durcissement des conditions de financement. Les ménages empruntant plus chers, leur pouvoir d’achat immobilier ne cesse de se réduire comme peau de chagrin, tirant les prix vers le bas. Compte tenu de leur envolée ces dernières années, cette accalmie peut aussi être bénéfique à un marché en surchauffe et signer le début d’un retour à la raison.

En revanche, l’exclusion des ménages par le taux d’usure commence à se sentir sur la production de crédit. Au troisième trimestre 2022, elle était en baisse de 27% selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

A retenir

Taux d’intérêt des crédits immobiliers en janvier :

2,4 % sur 15 ans

2,6 % sur 20 ans

3 % sur 25 ans

Taux d’usure 1er trimestre 2023 :

3,53% pour les crédits entre 10 et 20 ans

3,57% pour les 20 ans et plus