ClubFunding se met au crowdinvesting

La plateforme souhaite proposer à ses clients de se porter co-acquéreurs d'immeubles destinés à être revalorisés.
Paul-Eric Perchaud, directeur de l'activité crowdinvesting de ClubFunding

Après l’asset management, le crowdinvesting. ClubFunding, qui a créé une société de gestion cette année, lance une activité d’investissement participatif. Jusqu’à présent ses clients pouvaient prêter de l’argent à des promoteurs immobiliers pour les aider à se constituer de l’apport et obtenir un crédit bancaire. Désormais, ils pourront investir directement dans des immeubles destinés à être rénovés et/ou loués. Seront principalement ciblés les actifs résidentiels et de bureau dans des opérations de marchands de bien ou de changement d’usage, en région parisienne et en France. Les villes en plein boom telles que Anger font également partie des localisations privilégiées. La société n’exclut toutefois pas de regarder ailleurs en Europe, ainsi que de surfer sur des tendances actuelles tel que le coliving.

« Dans un premier temps, nous visons des opérations entre 5 et 15 millions d’euros. Une dizaine de dossiers en association est actuellement à l’étude. Il s’agit essentiellement de biens résidentiels à fort potentiel de création de valeur au travers des travaux de rénovation  », a confié Paul-Eric Perchaud, le directeur de cette nouvelle activité. Pour le lancement de l’offre, il entend séduire la clientèle actuelle de ClubFunding avec un ticket d’entrée similaire, autour de 1.000 euros. Pas de gros investissements en marketing donc, ni en ressources humaines, l’idée étant de miser sur les synergies avec le back office et les équipes commerciales de ClubFunding, ainsi que son réseau d’apporteurs d’affaires.

« Notre équipe de 4 personnes pourra être renforcée à terme, quand le portefeuille commencera à être conséquent et nécessitera un suivi de projets » a précisé Paul-Eric, qui a bon espoir de pouvoir proposer aux clients les premiers projets début 2021. « A terme, nous visons un projet par mois », a-t-il ajouté.