Rémunérations

Les gestionnaires de patrimoines restent très recherchés

C’est l’une des conclusions de Hays qui vient de publier une étude sur les rémunérations
Banque, assurance, expertise-comptable et métiers du droit sont concernés

Selon Hays, spécialiste du recrutement, les banques ont consenti à une légère hausse des salaires à l’embauche. Les jeunes diplômés en sont les premiers bénéficiaires même s’ils ne disposent pas d’une marge de manœuvre importante. Les fonctions commerciales sont toujours les plus prisées, notamment en banque de détail. Les conseillers clientèle pour les particuliers et les gestionnaires de patrimoine restent très recherchés tout comme les chargés d’accueil en agence.

Les banques de réseau font face à une intensification de la concurrence. Selon l’auteur de l’étude, « les CGPI et les Family Offices s’appuient sur la pérennité de la relation et leur indépendance vis-à-vis des fournisseurs de produits financiers ».  Une « modeste augmentation des rémunérations s’est amorcée ». Les grilles de salaire restent l’étalon de mesure des banques dans le cadre des négociations salariales. Cependant quelques augmentations individuelles viennent compléter les accords d’augmentations minimalistes accordées par les banques.

Les courtiers et les agents « mettent plus que jamais en avant la carte de l’interlocuteur de proximité et du conseiller ». Les entreprises renforcent leurs équipes actuarielles, modernisent et segmentent leurs offres via un travail marketing plus ciblé et font monter en compétences leurs équipes commerciales pour répondre aux interrogations « techniques » de leurs clients (simulation des contrats de frais de santé, mise en place de contrats collectifs en prévoyance...). Dans ce contexte économique global, « nous observons une stabilisation des niveaux moyens de rémunération. Les entreprises du domaine tendent à contrôler de manière toujours plus stricte les coûts en termes de masse salariale et uniformisent les rémunérations des salariés évoluant dans un même service. Seul l’apport de compétences spécifiques peut aujourd’hui permettre d’avoir une marge de manœuvre en termes de négociation salariale ».

Pour un chargé de clientèle, les trois premières années en poste sont rémunérées entre 32 et 40.000 euros et de 3 à 7 ans de 40.000 à 45.000 euros.