PRIIPs

Levée de boucliers contre l’extension de PRIIPs aux OPCVM

La place de Paris, AFG en tête, s’oppose à l’extension aux OPCVM de la règlementation PRIIPs et demande un report d’application à la Commission européenne, le temps de corriger d' « importantes défaillances » constatées depuis sa mise en oeuvre partielle cette année.

A partir du 1er janvier 2020, le DIC PRIIPs remplacera le DICI OPCVM, le document d’information sur les éléments clefs du produit, que les OPCVM remettent aujourd’hui aux investisseurs. La place de Paris s’inquiète. Elle juge que la mise en œuvre partielle de la nouvelle règlementation en 2018 a mis en lumière des défaillances qu’il est indispensable de corriger avant l’application de PRIIPs aux OPCVM.

Les représentants des OPCVM rappellent que l’objectif de meilleure information du client mis en avant par la Comission européenne est légitime et doit être soutenu. C’est dans cet esprit qu’ils demandent un report d’application des DIC PRIIPs, jugés trop complexes. La place de Paris n’hésite pas à mettre en garde contre une nouvelle documentation qui fournirait une information non exacte, non claire, et trompeuse aux épargnants.

La Comission européenne a annoncé une révision de PRIIPs, « limitée et dans l’urgence » d’après la place de Paris, qui appelle à la sagesse et à une réflexion de fond pour l’amélioration des DIC PRIIPs. Les représentants des OPCVM sont insatisfaits de cette réponse en demi-teinte, alors qu’ils alertent la Commission de manière répétée sur les risques d’une mise en application directe de PRIIPs.