Les professions réglementées sous pression

Le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, est revenu à la charge, hier à Bercy, face à des chefs d'entreprises et des syndicalistes, pour faire baisser les tarifs de certaines professions réglementées. Sont particulièrement visés les notaires, les greffiers des tribunaux de commerce, les huissiers et les avocats. Un projet de loi sur la croissance et le pouvoir d'achat sera présenté à l'automne afin de lutter contre les rentes et les monopoles en ayant pour ambition de " restituer l'équivalent de 6 milliards d'euros de pouvoir d'achat aux Français". 

Le ministre a, par exemple, dans le collimateur le monopole des notaires dans la rédaction des actes immobiliers, pour laquelle ils perçoivent un pourcentage du montant de la transaction. Une tarification au forfait pourrait être instaurée.

L'Autorité de la concurrence à été saisie. C'est un serpent de mer déjà pointé du doigt en 2008 par la rapport Attali, mais cette préoccupation rejoint celle, lancinante, de Bruxelles.