Lancement d’un réseau pour "fluidifier" le marché de la transmission d’entreprise

Sept professions, parmi lesquelles les experts-comptables, les avocats et les notaires, mais aussi Bpifrance ou encore la Chambre de commerce et de l'industrie Entreprendre créent un réseau pour favoriser la transmission d'entreprises
Fotolia

Sept professions, parmi lesquelles les experts-comptables, les avocats et les notaires, mais aussi Bpifrance ou encore la Chambre de commerce et de l'industrie Entreprendre (1), créent le réseau « transmettre & reprendre » pour favoriser la transmission d’entreprises, une initiative qui s’est traduite par la signature d’une convention de partenariat le 4 février. Jean-Luc Scemama, président du comité Transmission du Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables en sera le premier président. L’idée est de fluidifier la transmission sur le territoire français, les initiateurs du projet faisant le constat aujourd’hui de difficultés à ce que les cédants et repreneurs puissent se rencontrer, aboutissant à de nombreuses pertes d’emploi.

Le réseau force de propositions auprès des pouvoirs publics. Première mission du réseau : être force de proposition auprès des pouvoirs publics. Didier Coiffard, vice-président du Conseil supérieur du notariat a ainsi précisé que des propositions vont notamment être faites pour préciser la notion de holding animatrice qui bloque aujourd’hui les opérateurs. Seconde mission : développer l’information auprès du public par la diffusion d’outils pratiques communs (fiches, guides, contenus web notamment) et l’organisation d’évènements, tels que des salons et des conférences. Enfin, dernière mission : promouvoir auprès de professionnels, membres du réseau, des formations communes transversales et adaptées.

A noter que le réseau a également présenté un premier outil développé par ses membres, le guide "Du cédant au repreneur". L'ouvrage sera bientôt disponible en format papier et en téléchargement sur le site internet de chaque institution.

Conférence de presse, CSOEC, 4 mars 2015