La fusion des gestions d'Axa et Natixis n'aura pas lieu

L'alliance entre Natixis et Axa dans la gestion d'actifs n'aura pas lieu. Dans un courrier envoyé le 12 octobre aux salariés d'Axa IM, que L'Agefi a pu consulter, le directeur général de la division Andrea Rossi a commenté pour la première fois les rumeurs de fusion qui ont émergé mi-septembre après des révélations de l'agence Bloomberg. Ces rumeurs «font surface dans le contexte de consolidation du secteur de la gestion d'actifs, dans lequel le groupe a été approché par plusieurs acteurs intéressés d'envisager une transaction potentielle avec nous. Je souhaitais vous faire savoir que Thomas Buberl [le directeur général du groupe, ndlr] a confirmé que le groupe continue de voir Axa IM comme l'un de ses actifs stratégiques».

Le dirigeant rappelle en outre que « la franchise Axa IM a été construite sur la base de sa position comme le gestionnaire d'actifs coeur du groupe Axa. Avec notre président Christof Kutscher et avec le soutien total de l'équipe de direction du groupe Axa, nous sommes absolument convaincus que cette formule gagnante est et continuera d'être un avantage compétitif à long terme pour Axa IM».

Dans un article paru sur le site de BFM, il est indiqué que c'est le conseil d'administration d'Axa qui aurait mis son veto au projet de cession d'Axa IM par Thomas Buberl. Denis Duverne, le président s'y serait opposé, ainsi que l'ancien PDG d'Axa Henri de Castries, qui reste président des Mutuelles d'Axa, le premier actionnaire de l'assureur avec 14 % du capital. Dans le dernier scénario envisagé Thomas Buberl était prêt à céder la majorité du capital d'Axa IM, selon le site d'informations.