La Cour d'appel relaxe François Pérol

La Cour d'appel de Paris a relaxé vendredi le président du directoire de BPCE, François Pérol, poursuivi pour prise illégale d'intérêts lors de sa nomination à la tête du groupe. Soupçonné d'avoir été étroitement associé aux négociations sur la fusion des Banques populaires et des Caisses d'épargne au sein du groupe BPCE avant d'en prendre la tête en 2009, l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy avait été relaxé en première instance.