Fund Forum International : Les géants de l'Internet lorgnent le marché de la gestion

NewsManagers
Les géants des nouvelles technologies, tels que Google, Amazon ou encore Apple, pourraient bien investir le terrain de la gestion d'actifs au cours des prochains années, n'ont pas exclu plusieurs professionnels réunis à Monaco dans le cadre du Fund Forum International, évoquant notamment le cas d'Alibaba.

Les géants des nouvelles technologies, tels que Google, Amazon ou encore Apple, pourraient bien investir le terrain de la gestion d'actifs au cours des prochains années, n'ont pas exclu plusieurs professionnels réunis à Monaco dans le cadre du Fund Forum International, évoquant notamment le cas d'Alibaba. Le géant chinois de l'e-commerce a en effet récemment pris une participation majoritaire au capital de Tianhong Asset Management – une société qui gère environ 20 milliards de dollars d'actifs – et a lancé le fonds monétaire (« money market fund ») Yu'e Bao. Alibaba a donné accès à ce fonds, via sa propre plateforme en ligne, à ses 300 millions d'utilisateurs de l'outil Alipay. "La combinaison d'une vaste base de clientèle sur Internet, d'un produit attractif et d'un système de transaction simplifié a conduit à un vrai succès", notent Caceis et PwC dans leur étude "Asset Management Moves Into The Spotlight, également présentée à Monaco.

Lancé il y a dix mois, le fonds Yu'e Bao a en effet attiré plus de 81 millions d'investisseurs. A titre de comparaison, les auteurs de l'étude remarquent que le marché chinois des A-share possède 67 millions d'investisseurs après 23 ans de développement. "Dans une période de temps très court, le fonds Yu'e Bao est devenu le troisième plus grand money market fund dans le monde", soulignent Caceis et PwC. Et de rappeler que les deux autres géants chinois de l'Internet, à savoir Baidu et Tencent, se sont chacun associés, au cours des derniers mois, avec des gestionnaires d'actifs pour lancer à leur tour des produits similaires.

Dans une récente étude, intitulée "Investing in the future" (lire NewsManagers du 16 juin 2014), KPMG s'est également interrogé sur l'éventualité de l'arrivée en force des grands noms mondiaux de l'internet – Google, Amazon ou Apple – dans l'industrie des fonds. Portés par une marque mondialement connue, leur fort positionnement auprès des jeunes générations et leur relation étroite avec les utilisateurs, ces acteurs pourraient devenir de puissants acteurs du monde de la gestion, spécule KPMG. Et de rappeler que Google a récemment lancé Google Capital, un fonds d'investissement actions « growth ».

De nombreux professionnels réunis ne semblent pas s'inquiéter outre mesure par ces éventuels nouveaux entrants. Andy Brown, responsable de la recherche chez Prudential, a d'ailleurs estimé que l'émergence dans la gestion de fonds – en tant que conseiller ou fournisseur – de fournisseurs de technologie comme Google ou Amazon serait une bonne chose pour l'industrie, résumant ainsi une pensée partagée par plusieurs de ses pairs. "Il y a beaucoup d'excitation autour de ce sujet", a nuancé Mike Karpik, responsable de la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) chez State Street Global Advisors. "La menace réside dans le fait que ces technologies offrent un accès simplifié aux fonds et aux marchés. Elles peuvent être de bons intermédiaires mais notre travail est de simplifier la manière avec laquelle les gens investissent et créer de la valeur et des revenus à nos clients. Nous devons continuer à faire notre travail d'une manière plus simple."

Pour autant, comme le souligne KPMG dans son étude, ces sociétés technologiques n'auront pas forcément la partie facile. Ces géants de l'Internet devront très probablement nouer des partenariats stratégiques pour réussir à s'établir durablement comme fournisseur de fonds.