Brèves H&M

UFG-LFP et Cholet Dupont signent un partenariat stratégique

Aujourd’hui, UFG-LFP et Cholet Dupont annoncent avoir signé un accord de partenariat stratégique, qui se concrétisera par une entrée du groupe UFG-LFP au capital de Cholet Dupont, au plus tard le 17 mars prochain, à deux niveaux :

- au niveau de la holding Cholet Dupont, par le rachat de la participation de 33,4 % du Crédit Agricole ;

- au niveau de Cholet Dupont Partenaires, la plate-forme de distribution dédiée aux conseillers de gestion de patrimoine indépendants, par une prise de participation de UFG-LFP France de 51 %.

Ces prises de participation restent soumises à l’accord des autorités de tutelle. Cholet Dupont affiche à ce jour 10.000 comptes clients et 2,6 milliards d’euros d’encours au 31 décembre 2010. La plate-forme sert quant à elle environ 300 CGPI.

Anteis Epargne est racheté par Initiatives Financières

La société de conseil en gestion de patrimoine indépendante, Initiatives Financières, a fait l’acquisition d’Anteis Epargne, filiale de la Banque 1818. Cette cession répond aux objectifs de la banque privée qui souhaitait se concentrer sur sa plate-forme de services et produits à destination des cabinets indépendants. A la suite de ce rachat, les deux fondateurs d’Anteis Epargne, Bernard Dordain et François Pasquier, sont nommés directeurs associés. A noter que la nouvelle structure, composée de 15 personnes, assurera la gestion conseillée de plus de 550 millions d’euros d’actifs financiers.

L’immobilier d’entreprise responsable de la crise du logement

Dans une étude récemment publiée, Immogroup Consulting se penche sur l’influence de l’immobilier d’entreprise dans le développement et l’aggravation des difficultés auxquelles est confronté le marché résidentiel. D’après les auteurs, Jean-Michel Ciuch et Evelyne Colombani, la préférence accordée à l’immobilier d’entreprise depuis une décennie est responsable de la pénurie de logements en Ile-de-France. « L’offre de logements et les prix sont largement conditionnés par l’offre et le coût du foncier. La disponibilité de ce foncier en faveur de l’économie résidentielle dépend elle-même de l’allocation des droits à construire entre immobilier d’habitation et immobilier d’entreprise. Or, depuis une dizaine d’années, le développement de l’immobilier d’entreprise a été clairement privilégié en Ile-de-France », expliquent-ils. Et pour cause, la rentabilité fiscale et financière attendue par les élus et investisseurs, venus du monde entier, apparaissait bien plus importante que celle du logement.