Breves

Natixis AM s’associe à deux anciens gérants de CAAM pour la création d’une société de gestion

Bruno Crastes et Vincent Chailley vont créer H2O Asset Management, une structure de gestion basée à Londres pour y développer dans les mois à venir une gestion de type alternative « global macro » . Natixis Asset Management accompagne l’initiative et sera majoritaire au capital d’ici à la fin de l’année. La nouvelle société de gestion bénéficiera de la présence des forces commerciales de Natixis Global Associates à l’international et de Natixis Asset Management en France ainsi que des fonctions supports du géant français.

Les clients des banques de détail plus aptes à faire jouer la concurrence

Selon une récente étude du cabinet de conseil Accenture, la crise a non seulement fait baisser la rentabilité moyenne des clients des banques de détail au niveau mondial, mais elle a aussi modifié en profondeur leur comportement. Ces derniers apparaissent en effet beaucoup moins fidèles à leur établissement (pour 59 % des banques interrogées), davantage sensibles aux prix (pour 63 % des établissements) et plus enclins à comparer les offres et les services concurrents (pour 63 % des répondants). Selon l’enquête, « la stratégie mise en place par les banques pour redynamiser la rentabilité client est triple : renforcement des ventes croisées aux clients actuels (87 %), recherche de nouveaux clients (54 %) et augmentation des prix des produits et services (33 %) ». Ce dernier point peut toutefois se révéler difficile à mettre en place puisque, selon ces mêmes établissements, les principales évolutions dans le comportement de leurs clients qui influeront sur les stratégies des établissements dans les trois prochaines années sont la demande croissante de services directs, la personnalisation, mais aussi la recherche de prix plus bas.

Tendance au pessimisme sur l’activité du capital-risque en France

Selon l’étude Global Venture Capital 2010 publiée par Deloitte en partenariat avec l’Afic (Association française des investisseurs en capital), le marché du capital-risque en France est attendu en forte contraction dans les prochaines années. Ainsi, « plus de 83 % des répondants à l’enquête en France prévoient que le nombre de fonds de capital risque diminuera d’ici à 2015, tendance confirmée aux Etats-Unis, au Canada et dans le reste de l’Europe », note le cabinet de conseil. Le pessimisme en France est principalement la conséquence, selon les investisseurs interrogés, « d’un marché des introductions en Bourse faible, d’un environnement réglementaire instable et de conditions économiques défavorables ».