Prévoyance individuelle

Vers une mutation du marché

Par Hervé Tisserand, cofondateur et directeur général d’Altaprofits
Hervé Tisserand, cofondateur et directeur général d’Altaprofits

Depuis mi-novembre 2018, la France vit une crise sociale sans précédent. Hélas, ce n’est pas nouveau, 66 % (1) des Français ont peur de l’avenir : peur de ne plus pouvoir faire face financièrement, peur de perdre un proche, peur qu’un problème de santé survienne, etc. Mais si 28 % pensent qu’un contrat de prévoyance est indispensable, paradoxalement, seulement 32 % font la démarche d’en souscrire un ! Pourquoi autant de réticences autour d’un sujet aussi important que la protection de ses proches ?

Le marché de la prévoyance individuelle : une pléthore d’offres
Les contrats « temporaires décès » garantissent le versement d’un capital (défini par l’assuré lors de l’adhésion) et/ou bien d’une rente en cas de décès de l’assuré et ce quelle que soit la cause (accident, maladie…). D’autres garanties optionnelles peuvent être souscrites au-delà de la garantie décès comme l’Incapacité Temporaire Totale de travail (ITT), l’Invalidité Permanente Totale (IPT) ou encore l’Invalidité Permanente Partielle (IPP). Ces contrats individuels « temporaires décès » peuvent être de natures très différentes : adossés à un produit bancaire ou encore propres à des catégories professionnelles comme les contrats décès « Prévoyance décès Madelin » ou encore les contrats « garanties hommes clefs ». Ces dernières années, les assureurs comme les réseaux bancaires ou mutualistes ont considérablement développé ce type de contrats. D’ailleurs en 2017, 78 % (2)  des contrats temporaires décès présents sur le marché sont commercialisés par les réseaux de bancassurance. On dénombre ainsi 62 sociétés d’assurances (ou groupes) qui interviennent sur le marché des contrats temporaires à adhésion individuelle (hors contrats emprunteurs) et trois assureurs/bancassureurs totalisent à eux seuls plus de la moitié des contrats en cours ! On note par ailleurs une croissance de 8 % (3) entre 2016 et 2017 des contrats « temporaires décès » à adhésion individuelle.

Les consommateurs : ils sont « perdus », oscillent entre superstition et déni, ou encore ils sont mal informés
Devant la multitude d’offres à la lecture plus ou moins complexe, les consommateurs sont souvent « perdus ». Les plus superstitieux évitent le sujet… ou bien ils sont dans une sorte de déni. D’autres n’ont pas une bonne connaissance du système de santé et de la protection sociale. Bien malheureusement, les chiffres parlent d’eux-mêmes : on dénombre 21.500 décès survenus suite à des accidents domestiques en 2016 (4), une personne sur 12 décédées en 2016 avait moins de 55 ans (5). Tous ont-ils conscience qu’ils sont peu, voire insuffisamment protégés ? Dans le secteur privé, en cas de décès, la Sécurité sociale versera aux descendants 3.450 euros. Dans le secteur public, l’administration règlera 13.844 euros et 833 euros par enfant. C’est bien insignifiant pour voir l’avenir sereinement parce qu’en vérité, il faut avoir devant soi un capital équivalant à trois années de salaire plus une année par enfant à charge !

Epargne ou prévoyance ? en fait, une strategie en deux temps, mais un objectif commun : protéger
L’épargne de précaution doit être disponible immédiatement sans aucune pénalité ; elle doit permettre de faire face aux « petits » aléas de la vie, comme couvrir des frais inattendus (travaux, réparations automobiles, perte soudaine d’emploi…) ; elle est aussi bien inférieure à ce qui est nécessaire pour faire face aux épreuves évoquées plus haut. Combien faut-il prévoir ? Tout dépend de la situation personnelle, mais constituer une épargne de précaution équivalente à trois à six mois de revenu apparaît être la norme minimale.
 L’épargne de prévoyance, quant à elle, doit au contraire permettre de préparer sa retraite ou tout autre projet, mais également d’assurer la protection d’un conjoint et/ou du ou des enfants, de pouvoir leur transmettre un capital dans les meilleures conditions fiscales possibles. C’est une épargne de long terme offrant la possibilité d’orienter son patrimoine et de le sécuriser à mesure que la date approximative de l’événement se rapproche. En ce sens, l’assurance vie est parfaitement adaptée. Alors Epargne ou Prévoyance ? Même si la nature de ces contrats est très différente, assurance vie et prévoyance sont complémentaires. Le contrat de prévoyance permettra de protéger ses proches en attendant de se constituer une épargne suffisante avec l’assurance vie.

Les évolutions sociétales : la montée de nouveaux enjeux
Dans les inquiétudes des Français, il y a la santé, le risque de dépendance et de perte d’autonomie, la retraite (surtout après les conclusions récentes du Grand Débat National) ou encore l’épargne. Ces inquiétudes vont de pair avec le scepticisme concernant l’avenir de la protection sociale en France ; les Français sont très peu confiants en l’avenir de cette dernière (6). S’ajoutent également des évolutions sociétales ; notre pays compte aujourd’hui plus de 800.000 familles recomposées, c’est-à-dire des familles dont au moins un des enfants est né d’une précédente union. On constate également un fort accroissement du nombre de familles monoparentales. Elles sont, en France, plus de deux millions (7) et, dans la majorité des cas, constituées d’une mère avec ses enfants. La protection des proches est toujours plus qu’un sujet d’actualité !
 Sans compter qu’Internet a bouleversé les modes de consommation en France comme ailleurs ; le chiffre d’affaire du e-commerce français a progressé de 15,4 % au 3e trimestre 2018 (8). Il se dit même que les Français cette année regarderont plus Internet que la télévision (9) ! Pas surprenant car l’internaute a la possibilité, en quelques clics, d’avoir accès à toute l’information, d’effectuer des comparaisons d’offres, de garanties et surtout de tarifs. Notre plateforme a imaginé cela dès sa création en 1999 en rendant l’assurance vie simple et peu onéreuse, donc accessible au plus grand nombre. En figurant à l’époque parmi les premiers disrupteurs du monde de l’assurance en France, nous donnons depuis du pouvoir d’achat aux Français !
 La digitalisation est incontestable et elle devrait encore s’accentuer dans les années à venir. Preuve en est : les générations X, Y et Z bouleversent les codes et, de manière générale, les manières de consommer. Digitales, impatientes, exigeantes et surtout très connectées, ces générations sont en quête de nouvelles expériences toujours plus satisfaisantes et délaissent les circuits traditionnels au profit des circuits digitaux. Les « Millennials » (personnes nées en 1980 et en 1990) sont pour partie nos clients d’aujourd’hui et ceux de la génération Z (personnes nées à partir de 2000) sont nos futurs clients, et c’est sans compter l’influence qu’ils peuvent avoir sur les baby-boomers, leurs parents ! Autant de nouveaux enjeux amènent forcément les acteurs de marchés à se repenser. Il convient désormais de séduire les internautes !

2019 : relever tous les defis de marché pour apporter transparence et meilleurs services aux consommateurs
Les solutions digitales n’ont plus leurs preuves à faire et dans le même temps, le monde de l’assurance s’affiche en perpétuelle innovation. Par ailleurs, une mutation du marché est palpable qui permet la commercialisation de contrats de prévoyance directement en ligne sur des plateformes, et ce avec un partenaire traditionnel. Retenons que sur les plateformes en question, tout est pensé pour le consommateur : en quelques clics, l’internaute a accès à un tarif personnalisé ainsi qu’à une recommandation de capital à souscrire. Après avoir rempli un questionnaire médical en ligne, téléchargé quelques pièces justificatives et signé son contrat grâce à la signature électronique, il est rapidement assuré  ! Sous réserve qu’il n’ait pas un problème de santé, l’adhésion prend alors immédiatement effet et il reçoit dans la foulée son bulletin d’adhésion. « Prévoir rend le pas assuré », disait Napoléon Bonaparte. Accompagner ses clients dans les bons comme dans les moments les plus difficiles, les rendre prévoyants et sereins, telles sont les satisfactions les plus importantes de plateformes internet comme la nôtre. 


(1) OpinionWay/Prévoir, janvier 2017.
(2) Les assurances santé et prévoyance en 2017, FFA, décembre 2018.
(3) Les assurances santé et prévoyance en 2017, FFA, décembre 2018.
(4) Institut de Veille Sanitaire - Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2016.
(5) Insee, 2016.
(6) Harris Interactive, décembre 2017.
(7) Insee 2017, Centre d’observation de la société.
(8) FEVAD.
(9) France Télévisions, Prospective et Médialab.