ASSOCIATION D’EPARGNANTS

Une riche année en perspective pour la Faider

La fédération d’associations d’épargnants connaît une actualité chargée avec un changement de président et l’arrivée d’un nouveau membre Elle a aussi, entre autres, en projet la création d’un observatoire des pratiques financières ou la mise en place d’une structure européenne.

La Fédération des associations indépendantes de défense des épargnants pour la retraite (Faider), qui vient de fêter ses quatre ans, entend occuper le devant de la scène en matière d’épargne longue en 2009.

Changement de président. C’est tout d’abord avec un nouveau président que la Faider entame l’année, son emblématique président François Perrin-Pelletier ayant décidé de prendre un peu de recul. Celui-ci demeure toutefois administrateur et devient président d’honneur de l’association (lire l'encadré).

Il est remplacé à son poste par Jean Berthon, jusqu’à présent vice-président et administrateur indépendant de l’association. Agé de 64 ans, Jean Berthon a exercé des fonctions de direction à la Banque Rothschild, à la BGP-SIB et dans le Groupe Worms. Diplômé et membre agrégé de l’Institut des actuaires français, il en a été le délégué général de 1999 à 2004. Il a également présidé à la même époque l’association actuarielle internationale. Directeur général du Centre d’études actuarielles jusqu’en 2006, il a été président du directoire de la Fondation du risque. Il en est désormais le vice-président du conseil de surveillance.

Un nouveau membre de poids. Créée à la fin de l’année 2004 par trois associations d’épargnants, le Gaipare, l’Arcaf et l’Afer - cette dernière ayant depuis quitté la fédération - l’association vient d’accueillir un nouveau membre, l’Association médicale d’assistance et de prévoyance (Amap), portant le nombre de membres à treize. Comptant 300.000 adhérents, l’Amap propose aux professionnels de santé une gamme de contrats groupe d’épargne et de prévoyance élaborés en partenariat avec la MACSF.

« Avec l’arrivée de l’Amap, la Faider atteint désormais le seuil de un million d’assurés et d’épargnants, ce qui renforce d’autant sa représentativité et sa légitimité », se réjouit ainsi François Perin-Pelletier. D’autres associations devraient également rejoindre la Faider dans les prochains mois, deux dossiers étant actuellement en cours d’étude. « Par ailleurs, l’intégration de ce nouveau membre correspond à la volonté de l’association de s’intéresser fortement aux problématiques de la prévoyance et de la dépendance dans les prochains mois », complète Jean Berthon, le nouveau président. Les statuts de l’association ont ainsi été modifiés en conséquence afin d’intégrer ces nouvelles préoccupations et d’apporter une protection supplémentaire à l’épargnant. La modification des statuts a été également opérée dans le but de conférer une plus grande démocratie à la Faider. Ainsi, toutes les associations membres ont désormais un siège au conseil d’administration.

Force de propositions. Fort de son million d’adhérents, la Faider entend poursuivre et amplifier son action, notamment auprès des pouvoirs publics. L’association souhaite notamment mener une étude globale sur la fiscalité de l’assurance et milite pour réhabiliter la rente. « Cet outil financier, très intéressant comme complément de retraite, est malheureusement pénalisé par une fiscalité lourde liée notamment à des tables de mortalité qui n’on pas été modifiées depuis plusieurs décennies, déplore Jean Berthon. Un groupe technique va être mis en place sur ce sujet afin de faire des propositions dans le courant de l’année. »

Regrettant également l’absence de règles de répartition pour la provision pour participation aux excédents (PPE) dans les contrats d’assurance vie, l’association a fait des propositions au Trésor afin de modifier la rédaction de plusieurs articles du Code des assurances.

L’association, qui est membre du Comité consultatif du secteur financier (CCSF) et de la commission épargnants de l’Autorité des marchés financiers (AMF), réclame également la création d’une commission assurés à l’Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles (Acam).

Plusieurs initiatives. En attendant, l’association aura déjà l’occasion de faire entendre sa voix lors d’un colloque qu’elle organisera le 6 avril prochain au Palais du Luxembourg. « Il s’agira de définir les règles d’or de l’épargne longue et d’améliorer les conditions de diffusion de cette épargne », explique Jean Berthon.

La Faider souhaite par ailleurs lancer rapidement un observatoire des pratiques financières qui rassemblerait universitaires, économistes et associations d’épargnants et dont l’objectif serait de rétablir la confiance en améliorant l’information des épargnants et en facilitant la détection des bulles.

« Mais l’action au niveau français doit être complétée au niveau européen, la réglementation se décidant à Bruxelles. Nous réfléchissons donc également à la mise en place d’une Euro-Faider qui serait basé à Bruxelles, au plus proche des rédacteurs de directives », explique Jean Berthon. Une mission confiée à Guillaume Prache, vice-président de la Faider, et que l’association espère bien voir aboutir dès cette année.