Grand Prix du Patrimoine Experts Certifiés 2014

Une dixième bougie plutôt brillante

Notre Grand prix destiné aux professionnels confirmés fête son dixième anniversaire en se distinguant par un bon millésime
Réalisé sur la matrice de l'examen CGPC, il comprend toujours cinq épreuves écrites, mais aussi un oral à dimension commerciale

L’interprofessionnalité porte ses fruits : voilà désormais dix ans que s’allient la complémentarité d’une association dédiée à cette cause, l’association des Conseils en gestion de patrimoine certifiés (CGPC), et celle d’un journal dont l’approche multimétier a toujours été la vocation. Avec d’un côté la représentativité d’un examen national ouvert à tous les professionnels du patrimoine en activité, le seul en France, et de l’autre le relais d’un média spécialisé pouvant mettre en avant ses résultats, et donc l’exemplarité des métiers de conseil en permanente formation malgré leur diversité.

L’examen CGPC est l’émanation française des exigences liées au « Certified financial planning » né aux Etats-Unis et qui a essaimé progressivement un peu partout dans le monde. Son ambition depuis l’origine est de promouvoir une approche globale du conseil pour la meilleure défense des intérêts de la clientèle patrimoniale.

Depuis 1998, la CGPC incite donc les conseillers de toutes les sensibilités à une remise à plat de leurs connaissances. Ce qui suppose une forte implication dans le courant de leurs activités, mais se concrétise largement dans les effectifs promus (lire l’encadré ci-dessous).

Une triple récompense.

Un parcours d’exigence, donc, qui se traduit par pas moins de trois trophées. Outre la certification résultant de l’examen général, les candidats peuvent accéder depuis quatre ans à la norme ISO 22222 de conseil en gestion de patrimoine, normalisation qui implique une remise à niveau régulière des connaissances. Une option à leur libre choix qui porte aujourd’hui à 1.060 le nombre de normalisés sur les quelque 1.600 certifiés français depuis 15 ans toujours en activité. Enfin, le bonus vient, pour les meilleurs d’entre eux par catégories, au travers du diplôme du Grand Prix du Patrimoine Experts Certifiés.

212 candidats.

Par essence interprofessionnel, l’examen est ouvert aux compagnies d’assurances, largement dominantes à ce jour, aux établissements bancaires – encore trop peu présents (lire l’entretien p. 13) –, aux sociétés de gestion de portefeuille, ainsi qu’aux conseillers en gestion de patrimoine indépendants, experts-comptables, notaires et avocats.

Moins nombreux que d’habitude lors des deux dernières sessions, 212 candidats ont postulé en 2013 pour les épreuves organisées à Paris et dans plusieurs métropoles régionales.

Cinq épreuves écrites.

Afin de mieux s’adapter aux réalités des métiers du conseil patrimonial, les responsables de la CGPC ont souhaité l’an dernier remettre à plat les modalités de l’examen de certification. Les quatre disciplines dites techniques ont été refondues de manière plus transversale, chacune reflétant les centres d’intérêt majeurs du patrimoine. Ces unités de valeur s’intitulent désormais :

  1. Environnement juridique du patrimoine
  2. Environnement fiscal du patrimoine
  3. Environnement économique et financier du patrimoine
  4. Prévoyance - Retraite - Assurance vie

Ces épreuves comportent 100 questions à choix multiples. Elles sont d’une durée de deux heures et sont affectées d’un coefficient 1,5.

Il existe en outre une dernière unité de valeur, Synthèse et diagnostic patrimonial global, qui dure quant à elle quatre heures. Elle porte sur un cas d’ingénierie patrimoniale et donne lieu à des questions ouvertes, le tout contribuant à hauteur d’un coefficient porté à 2 (lire la copie du lauréat en p. 26).

Le détail des épreuves et l’accès aux annales sont disponibles sur le site www.cgpc.fr.

Un oral à dimension commerciale.

Pour la deuxième année, l’examen s’est enrichi d’une épreuve orale. Les organisateurs ont en effet souhaité ajouter une dimension essentielle dans la pratique des métiers du conseil : l’appréhension de la situation et le contact avec le prospect-client. A raison de trois par jury, praticiens et universitaires ont ainsi simulé la rencontre, complémentaire de l’épreuve de synthèse et affectée, elle, d’un coefficient 1.

Le palmarès 2014.

Le jury chargé du choix des sujets et des corrections est placé sous la responsabilité du professeur Raymond Leban, président du jury de l’examen national, directeur du Cnam.

Sachant que l’obtention, par unités de valeur ou globale pour les candidats ayant passé l’ensemble de l’examen, exige une note au moins égale à 12 sur 20, c’est sur le fondement de leurs délibérations qu’ont été sélectionnées les meilleures copies, et donc déterminé le palmarès du Grand Prix du Patrimoine Experts Certifiés.

Sur l’ensemble de la promotion, le taux de réussite a été exceptionnel avec 70 % des candidats reçus.Les trois meilleurs de chaque unité de valeur se sont vu attribuer des prix spéciaux, incluant parfois des égalités de points, tandis que les diplômes couronnant le Grand Prix général ont été décernés aux trois plus fortes moyennes générales (lire les encadrés).

Remise des prix.

C’est dans un lieu hautement symbolique pour un dixième anniversaire que s’est déroulée la cérémonie de remise des prix, le 28 janvier : la Maison des Arts et Métiers, avenue d’Iéna à Paris. Devant leurs pairs de toutes sensibilités patrimoniales venus très nombreux, les lauréats 2014 se sont vu remettre un trophée distinguant leur performance. Le lustre de la soirée était assuré grâce aux partenaires historiques du Grand prix, Allianz, GAN Patrimoine et Le Conservateur, dont les candidats ont d’ailleurs été largement gratifiés, ainsi que Harvest, représentée par Stéphane Paturel, son directeur commercial-adjoint.

Le président de CGPC, Hervé de La Tour d’Artaise, s’est félicité en préambule que « le niveau général de l’examen s’améliore d’année en année ». Rappelant que les modalités des épreuves étaient revisitées régulièrement afin de répondre au marché, incluant désormais des certifications de spécialités, il a insisté sur le fait que ces passerelles permettent de « frapper à la porte des banques, encore trop peu impliquées, ce qui constitue une priorité pour l’association ».

Gilles Ulrich, dont la société Le Conservateur fête quant à elle ses 170 ans, s’est déclaré heureux des résultats opérationnels de son groupe. Mais aussi et surtout, pour l’occasion, du carton plein obtenu par ses représentants pour cette édition 2014.

Une fierté partagée par son alter ego Thomas Vandeville, directeur général de GAN Patrimoine, vis-à-vis des candidats de son cru, la certification servant de réelle base pour améliorer la relation avec ses clients.

Enfin, Didier Etard, directeur d’Allianz FinanceConseil, a souligné les 17 ans de partenariat avec la CGPC, se traduisant cette année par pas moins de 81 certifiés. « Sur les aspects de compétence et de formation, nous voulons être triple A », a-t-il conclu en forme de clin d’œil…

La cérémonie s’est terminée dans un climat de partage entre les primés du jour et de saine convivialité au travers des félicitations des invités.