Legaltech / Fintech

Un avocat innove

Family Business Partners crée le premier Family Office Cabinet d’Avocats
La société se dote de sa propre équipe de conseillers financiers
DR, Eric Chaouchi, avocat, Family Business Partners

Partant du constat que « les conseils entourant le dirigeant négligent trop souvent les questions patrimoniales », Eric Chaouchi, avocat nantais, a créé le cabinet Family Business Partners (FBP) – un family office société d'avocats. Son ambition : « pallier les insuffisances des métiers actuels et faire bouger les lignes du family office » en dédiant aux dirigeants une offre de services qui facilitera leur accès au conseil patrimonial. Deux innovations sont à retenir, à savoir la création d'un outil de family office numérique, opérationnel d'ici janvier 2018, et l'intégration d'une activité financière au sein d'un cabinet d'avocats.


L'atout CIF.

« La réflexion relative à la qualité de conseiller en investissements financiers (CIF) a été fondamentale lors de notre création et de notre homologation par l’Ordre », indique l'avocat. Initialement, il n'était pas dans ses projets de s'adjoindre les services de financiers. Or, Eric Chaouchi s'est rendu à l'évidence, « définir une architecture patrimoniale globale et cohérente pour nos clients passe par un audit juridique, fiscal et sociétaire de leur patrimoine, et par l'analyse de leur situation financière. Le cabinet doit donc disposer d’une compétence financière propre, ce qui nécessite le statut de conseiller en investissements financiers (CIF) ». Peu habitué au mélange des genres, l'initiative d'Éric Chaouchi fait figure d'une petite révolution au sein du barreau local.


Une société hybride.

Pour cause, la société est née de l'une des brèches de la loi « Macron », qui autorise la profession à exercer une activité commerciale, dès lors « qu'elle est destinée aux clients du cabinet et qu'elle se rapporte à l’activité de la structure », commente Eric Chaouchi. « La profession reste très timorée car personne ne sait jusqu'où aller dans l'application de la loi Macron. J'ai décidé d'aller jusqu'au bout de la logique qui a présidé à l'élaboration du texte et de recruter des experts financiers », déclare le dirigeant de FBP. A partir de ce moment, la question centrale était de savoir si l'avocat, en cette qualité, pouvait exercer une activité de conseil en investissements financiers ou s'il devait nécessairement avoir le statut de CIF ?


Imbroglio réglementaire.

Cette question reste encore en suspens. L'ordre des avocats n'a pas su la trancher et a renvoyé Eric Chaouchi vers l'assureur de l'ordre, qui, confronté à une situation inédite, a préféré jouer la carte de la prudence en recommandant au dirigeant de FBP d'enregistrer la structure en tant que CIF - la demande d’affiliation est actuellement en cours. Ainsi, la société d'avocats s'oblige à s'immatriculer auprès de l'Orias, à adhérer à une chambre professionnelle et à souscrire une assurance responsabilité civile spécifique à sa nouvelle activité. Ces précautions sont superfétatoires pour Eric Chaouchi, selon qui « le statut d’avocat devrait permettre en tant que tel l’exercice de l’activité de conseiller en investissements financiers. Dans tous les cas, la loi Macron ne définissant pas ce qu'est une activité accessoire, la gestion des actifs financiers de nos clients devra rester limitée et aucune rétrocommission ne sera perçue par le cabinet ». Or la priorité de FBP est ailleurs « puisqu'il s'agit avant tout d'accompagner les dirigeants, en mettant notamment à leur disposition un outil digital moderne et peu coûteux, regroupant deux espaces en un seul », souligne l'avocat.


Création d'une plate-forme participative.

Un premier espace permettra aux dirigeants d’échanger au sein de cercles de discussion privés (forum, tchat) créés en fonction de leurs problématiques. « Pour ce faire, l'outil informatique mesurera le « business matching » des clients », précise Eric Chaouchi. Cet outil constituera un point d'entrée vers le conseil patrimonial et ceux qui souhaiteront aller plus loin bénéficieront sur abonnement d'un service de family office en ligne qui comportera un espace propre au client et un autre destiné à ses conseils.

Espace personnel.

Ce service sera dédié à l'accompagnement patrimonial du dirigeant (documentation technique, web consultations thématiques, élaboration d’actes patrimoniaux, coffre-fort digital…), et à l'expertise technique. C'est d'ailleurs sur ce compte personnel que le cabinet s'est appuyé pour créer une plate-forme de collaboration interprofessionnelle. L’objectif est d’assurer une coordination de l’action des différents conseils du client. Du point de vue d'Éric Chaouchi, « l'intervention de l'avocat garantit une très grande technicité juridique et un conseil global, que peu d'acteurs peuvent revendiquer. Il lui incombe, de ce fait, de superviser les différents experts patrimoniaux intervenant auprès du client ».