Todd Myers : « l'accès aux investissements alternatifs doit être plus large »

Blackstone veut s'imposer en France comme en Europe avec sa plateforme d'investissements alternatifs. Todd Myers, directeur global (Chief Operating Officer) de Blackstone Private Wealth Solutions, est confiant sur la capacité du fonds à jouer des coudes avec la concurrence en établissant une relation privilégiée avec les conseillers financiers.

Pourquoi s'attaquer au marché européen, et à la France spécifiquement ?

Nous sommes engagés auprès des clients privées à qui nous proposons des fonds alternatifs depuis plus de dix ans aux Etats-Unis comme à travers le monde. Nous leur amenons, grâce aux banques avec qui nous travaillons, une solution globale. Elle inclut notre offre d'investissement, la performance, mais aussi l'aide au reporting, le conseil ou les aspects marketing...
L’Europe et la France ne sont pas nouveaux pour nous, nous sommes déjà impliqués dans ces marchés, mais nous voulions leur dédier des ressources suffisantes. Nous pensons qu’il est temps pour les investisseurs privés d'avoir un plus large accès aux solutions d'investissement alternatifs. D'après nos indicateurs, le marché est prêt, d'autant plus dans un contexte mondial de taux bas ou d'inquiétudes au sujet de l'inflation. Nos produits sont bien positionnés par rapport aux investisseurs européens. Nous allons leur proposer une gamme complète de solutions correspondant à leurs attentes.

Quelles sont vos ambitions à trois ans ?

Nous n'avons pas arrêté d'objectifs de croissance précis. Nous voulons simplement amener nos solutions à un large nombre d’investisseurs sur ces marchés. Nous structurons des produits adaptés à ce marché spécifique tout en respectant son cadre réglementaire.

Quels seront vos liens avec les conseillers financiers?

Nous travaillerons avec les banques pour amener nos fonds à leurs plateformes, qu'elles devront adapter en fonction de leurs exigences. Nous discuteront avec les conseillers financiers pour comprendre les besoins de leurs clients afin de leur proposer des produits mais aussi réfléchir à développer des solutions nouvelles dans lesquelles les clients veulent investir. Nous proposerons certains fonds spécifiques, dans l'immobilier européen et les devises européennes. 

Certains de vos produits seront donc taillés en fonction des retours des conseillers financiers ?

Nous sommes toujours à leur écoute pour nous aider à développer des solutions adaptées pour leurs clients. Nous ajusterons en fonction des besoins exprimés, sur les domaines d'investissement, la liquidité ou le type de véhicules d'investissement.

Avez-vous déjà des bureaux à Paris ?

Nous avons déjà une équipe sur place. Seules quelques personnes sont dédiées au marché de la gestion de fortune, mais nous recruterons dans les deux ans à venir, probablement entre cinq et dix personnes. L'équipe va grandir en fonction des liens que nous allons tisser et de notre croissance sur le marché français.

Quels concurrents avez-vous identifiés ?

De nombreuses sociétés de gestion européennes existent déjà, qu'elles soient dédiées aux actifs alternatifs ou traditionnels tout en se frayant un chemin vers l'alternatif. Nous trouverons notre place grâce notre capacité à proposer des investissements diversifiés parmi une multitude d'actifs alternatifs. Nous disposons de la plus grosse équipe dédiée à la gestion alternative au monde, et avons la capacité d'investir à une grande échelle. Notre équipe de distribution pour le marché de la gestion de fortune compte par ailleurs 150 personnes dans le monde entier.