Capital-investissement

Succès de la campagne 2008 des FIP et des FCPI

L’AFG et l’Afic ont rendu publics les résultats d’une étude portant sur la collecte réalisée par les FIP et les FCPI en 2008. Les 87 fonds commercialisés par 33 sociétés de gestion ont ainsi levé plus de un milliard d’euros auprès de 145.000 souscripteurs.

L’AFG (association française de la gestion financière) et l’Afic (association française des investisseurs en capital) ont publié, le 12 février dernier, les résultats de leur enquête commune sur la levée de capitaux réalisée en 2008 par les fonds d’investissement de proximité (FIP) et les fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI).

Une levée de plus de un milliard d’euros…

L’étude porte sur les 87 fonds - 46 FIP et 41 FCPI - créés et commercialisés en 2008 par 33 sociétés de gestion. Les résultats montrent que la collecte globale est en hausse de 22 % à 1,13 milliard euros, contre 928 millions d’euros en 2007, 562 millions d’euros ayant été levés par les FIP et 567 millions par les FCPI (voir le tableau). Cette progression résulte notamment de l’effet de la loi en faveur du Travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat d’août 2007 qui a permis aux souscripteurs de parts de fonds de capital-investissement (FIP, FCPI, FCPR) redevables de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) de bénéficier de mesures d’abattement.

… auprès de 145.000 souscripteurs.

La collecte a été assurée auprès de 145.000 souscripteurs, 80.000 pour les FCPI et 65.000 pour les FIP. Le montant moyen des souscriptions s’établit à 10.700 euros pour les fonds offrant une réduction à l’ISF, dont 9.800 euros pour les FCPI et 11.400 euros pour les FIP. Pour les fonds permettant d’obtenir une réduction d’impôt sur le revenu, le montant moyen est de 6.100 euros, dont 6.200 euros pour les FCPI et 6.000 euros pour les FIP.

Si la collecte devrait être sensiblement supérieure en 2009 par rapport à celle de 2008 - de 1,5 à 3 milliards d’euros selon les professionnels -, le sénateur Philippe Adnot a cependant estimé, lors d’une conférence organisée sur le sujet par Turenne Capital, qu’il ne fallait pas négliger l’impact d’une probable diminution du nombre de redevables à l’ISF du fait de la baisse des marchés.

Pour aller plus loin

L’étude est disponible à l’adresse : www.afg.asso.fr/upload/14/Fichier1174.pdf