Société Générale-Crédit du Nord: quelles sont les agences qui vont fermer en 2023?

Aurélie Abadie
L’Agefi a eu accès au plan de regroupement d’agences entraîné par la fusion des deux réseaux. La casse sociale est importante dans plusieurs régions.
(RK.)

La fusion des réseaux Société Générale et Crédit du Nord est en marche. Après avoir dévoilé la marque commerciale de sa future banque de détail – «SG» –, le groupe au logo rouge et noir a exposé aux instances représentatives du personnel le programme de fermeture d’agences qui débutera après la fusion juridique des deux réseaux en janvier 2023. Un plan détaillé sur plus de 40 pages, auquel L’Agefi a eu accès.

En 2023, le groupe prévoit d’enclencher la première vague de regroupements en fusionnant 157 agences. Les regroupements d’agences seront au nombre de 22 dans le Sud-Est, 20 dans la région lyonnaise, 20 dans le Nord, 17 dans l’Ouest, 16 en Occitanie, 16 en Ile-de-France, 16 dans la région Centre, 14 à l’Est, 11 en Savoie et 9 dans le Sud-Ouest.

Le Nord et le Sud-Est en première ligne

L’impact social dépendra, bien entendu, de l’importance du bassin d’emploi dans ces régions. C’est dans le Nord que la casse sera la plus importante, avec la suppression nette de 164 postes. Il y aura 98 suppressions nettes dans le Sud-Est, 96 en Ile-de-France Nord, 90 dans l’Ouest, 78 en Ile-de-France Sud, 72 en Occitanie, 65 dans le Lyonnais, 64 dans l’Est, 46 dans le Sud-Ouest, 45 dans la région Centre et 41 en Savoie.

Au total, le groupe Société Générale va procéder à la suppression nette de 858 postes dans ses agences Société Générale et Crédit du Nord en 2023. Sont en majorité concernés les conseillers clientèle (327) et les conseillers clientèle premium (316).

La Société Générale rappelle à L’Agefi que «la fusion sera réalisée sans aucun départ contraint. Ces suppressions de postes s’appuieront sur les départs naturels, et la priorité sera donnée aux reclassements et mobilités internes. Sur certains métiers et bassins d’emploi, des mesures complémentaires visant à accompagner des départs volontaires sont mises en place». Le groupe dispose, en effet, d’un accord d’entreprise signé en 2011 qui encadre les départs volontaires destinés à poursuivre un projet externe. Dans le cadre des négociations entourant la fusion, le groupe a, par ailleurs, signé avec les partenaires sociaux un accord prévoyant un dispositif de rupture conventionnelle collective, avec une indemnité à la clé, pour les salariés ne pouvant faire l’objet d’un départ à la retraite ou en transition d’activité.

415 points de vente supprimés

Selon une synthèse du projet mise à jour en décembre 2021, que L’Agefi a pu consulter, la direction a identifié 411 cas de regroupement de points de vente entre les réseaux Société Générale et Crédit du Nord, mais aussi, de manière plus marginale, à l’intérieur d’un même réseau. Ces regroupements entraîneront, dans les faits, la suppression de 415 points de vente d’ici à 2025 (dans certains cas, ils sont trois à fusionner). Aujourd’hui, les deux réseaux totalisent 2.441 points de vente : 1.729 pour la Société Générale et 712 pour le Crédit du Nord.

La nouvelle banque de détail issue de la fusion «sera ancrée localement pour être plus proche des clients, précise la Société Générale. Ainsi, nous ne quittons aucune ville dans le cadre des regroupements d’agences. Ce dispositif représentera d’ailleurs davantage de points de vente pour nos clients : 15% de points de vente en plus pour les clients de la Société Générale par rapport à 2020 et près de trois fois plus pour ceux du Crédit du Nord».

La fusion des réseaux Société Générale et Crédit du Nord s’accompagnera également de suppressions de postes dans les sièges régionaux, les back offices et les middle offices. La Société Générale précise à L’Agefi que «la nouvelle banque de détail maintiendra un volume significatif d’embauches annuelles pendant toute la période de cette transformation, dans le prolongement des 1.400 embauches en CDI réalisées en 2021 dans la banque de détail en France». Au total, en tenant compte des créations de postes prévues sur la période, ce sont 3.723 postes nets qui vont être supprimés d’ici à 2025. C’est au sein des directions commerciales régionales que ces suppressions de postes seront les plus importantes : 2.652.