Société Générale-Crédit du Nord : le groupe crée une nouvelle banque patrimoniale

Aurélie Abadie
Née de la fusion des réseaux, la nouvelle banque de détail accompagnera la clientèle patrimoniale en régions. L'offre sera co-construite avec la banque privée.
(RK.)

C’est confirmé : la nouvelle banque de détail née de la fusion des réseaux Société Générale et Crédit du Nord prendra juridiquement forme au 1er janvier prochain. La Société Générale a obtenu les autorisations réglementaires nécessaires, a-t-elle fait savoir lors de la publication de ses résultats. Outre la création d’une marque unique «SG» et un découpage en 11 régions, le groupe va revoir son modèle et son offre à destination de la clientèle fortunée.

La fusion s’accompagnera de la création d’une nouvelle banque patrimoniale avec près d’un millier de conseillers dédiés dans les 1.450 agences que le groupe comptera en 2025 après la finalisation des regroupements. Ces équipes seront le fruit de la mutualisation des collaborateurs de la Société Générale et du Crédit du Nord, même si le groupe prévoit également de recruter, précise-t-il à L’Agefi. A l’échelon supérieur le nouvel ancrage régional sera respecté avec onze directeurs commerciaux chapeautant l’animation de cette offre.

Un accompagnement différencié de la banque privée

La Société Générale compte se distinguer de ses concurrents en capitalisant sur les synergies avec sa banque privée, tout en maintenant un accompagnement différencié et une relation de proximité pour la clientèle patrimoniale. Les clients détenant entre 150.000 et 500.000 euros d’avoirs seront suivis par les banquiers patrimoniaux dans le réseau SG, tandis qu’au-delà de 500.000 euros ils seront renvoyés vers la banque privée. Jusqu’ici, l’offre de banque privée n’était accessible qu’à partir d’un million d’euros dans le réseau Crédit du Nord.

Le seuil d’accessibilité de l’offre de banque privée de la Société Générale reste volontairement plus élevé que les autres banques françaises, de l’ordre de 150.000 à 250.000 euros selon les établissements. «Nous considérons que ce segment de clientèle a des besoins spécifiques qui n'ont pas forcément besoin d'être traités par des banquiers privés», explique à L’Agefi Franklin Wernert, directeur adjoint de la banque privée en France. «La nouvelle organisation répond à cet enjeu car cette clientèle a des attentes similaires aux particuliers en banque de détail tout en ayant des attentes fortes en matière d’épargne financière», ajoute Frédéric Largeron, directeur de la banque patrimoniale pour la nouvelle banque de détail.

Une direction de l'offre commune

Si elle segmente davantage sa clientèle, la Société Générale misera sur la complémentarité en développant « un continuum » de la banque patrimoniale jusqu’à la gestion privée (entre.500 000 et 2 millions d’euros) et la gestion de fortune (au-delà de 2 millions d’euros). Elle met en place une direction de l’offre commune à sa banque privée et sa banque patrimoniale. «Nous réunissons les équipes dédiées à l'offre afin d’augmenter le niveau d’expertise proposé aux clients patrimoniaux. Ils bénéficieront de l’innovation de la banque privée en matière de produits, et l’offre sera adaptée et calibrée en fonction de leurs profils», précise Frédéric Largeron. La banque patrimoniale devrait enrichir sa gamme courant 2023 en matière de private equity et de pierre papier. «Le banquier patrimonial dans le réseau pourra aussi s’appuyer sur les outils digitaux développés par la banque privée, comme 'coach financier', une solution digitale de conseil en arbitrage pour les contrats d'assurance vie», ajoute Franklin Wernert.

La nouvelle banque de détail SG mettra notamment l’accent sur les professionnels et les chefs d’entreprise, une clientèle clé au Crédit du Nord. Ils disposeront dans la future organisation de conseillers dédiés traitant l’ensemble de leurs besoins au titre de la vie privée et professionnelle. «Ils s’appuieront sur l’expertise proposée par la banque patrimoniale», souligne Frédéric Largeron. Avec son ancrage territorial renforcé, la banque rouge et noire espère à terme ravir des parts de marché aux banques mutualistes.

Du côté de la banque privée, la fusion permettra de changer de taille avec 85 milliards d’euros d’actifs gérés, contre 67 milliards d’euros aujourd’hui. Les clients Crédit du Nord bénéficieront de la mutualisation de l’offre en ayant accès à des produits proposés par la Société Générale, à l’instar des offres «passions» en matière d’art, de vin, de philanthropie ou les fonds de private equity lancés par Bpifrance. La banque privée prendra elle aussi le virage de la proximité avec une vingtaine de sites pour recevoir et accompagner ses clients en régions, en complément de son siège parisien boulevard Haussmann.