Experts-comptables

RSM Paris affiche ses ambitions patrimoniales

Le réseau RSM veut solidifier sa présence et son image en France et compte notamment sur son antenne parisienne
RSM Paris se déploie à grande vitesse et crée notamment un pôle significatif dédié à l’ingénierie patrimoniale
undefined, Vital Saint-Marc et Etienne de Bryas, associés, RSM Paris

RSM, septième réseau mondial d’expertise comptable, souhaite accroître sa présence en France, en particulier à Paris. Le réseau avait perdu de son ampleur en 2004, lors du départ massif des activités de commissariat aux comptes relatives aux sociétés du CAC 40 vers KPMG. Dans cette optique, RSM France s’est rapproché il y a trois ans de la structure parisienne MBV. Pour une présence encore plus significative, cette dernière a fusionné avec la société Corévise, l’entité devenant RSM Paris en 2013. Comptant alors environ 220 collaborateurs, RSM Paris aurait recruté 120 personnes ces six derniers mois. Ce qui en dit long sur la force économique et les ambitions de RSM Paris, et plus largement du réseau RSM en France. Concernant Paris, « l’idée est de passer de l’expert-comptable pluridisciplinaire au cabinet pluridisciplinaire composé d’experts spécialisés », indique Vital Saint-Marc, associé chez RSM Paris.

RSM Paris, fer de lance du réseau.

Avec désormais 340 collaborateurs, RSM Paris s’impose comme l’entité la plus importante du réseau français qui comptabilise au total 700 personnes (lire l’encadré). Depuis sa création, RSM Paris déploie progressivement sa stratégie. Premier vecteur de sa transformation : la gouvernance. Il y a un an, elle renonce au mode de détention directe des parts par les associés, au profit du partnership en vigueur dans le système anglo-saxon. « Un homme est donc égal à une voix. Ainsi, chaque associé est l’égal de l’autre et l’on fonctionne avec un système de performance pour la répartition des fruits du travail. Cela permet aux nouveaux entrants de travailler dans un cadre plus souple, davantage entrepreneurial. Cela fonctionne puisque nous avons accueilli dernièrement deux nouveaux associés, l’un venant d’EY, l’autre de Grand Thornton », note Etienne de Bryas, associé chez RSM Paris.

Un pôle dédié au juridique et fiscal…

A côté de ce nouveau mode de gouvernance, RSM Paris a aussi réorganisé ses activités par pôles en fin d’année 2014 : audit, expertise, transactions et services, juridique et fiscal. « Nous souhaitons créer une grande maison pluridisciplinaire en permettant d’allier les compétences offertes par ces différents pôles au travers d’offres dédiées. Ainsi, une transmission d’entreprise combinera les services du pôle transactions et services et ceux du juridique et fiscal », relève Etienne de Bryas. Le responsable du pôle, l’associé Vital Saint-Marc, anime une équipe de dix personnes. Parmi elles, deux fiscalistes, totalement étrangers à la matière comptable, ont été recrutés. « L’une d’entre elles est également diplômée notaire car nous accordons une grande importance au droit de la famille », précise Etienne de Bryas.

… pour répondre aux nécessités d’ingénierie patrimoniale.

En effet, l’idée derrière la création d’un tel département est de pouvoir « faire converger les intérêts professionnels avec la stratégie à long terme sur le patrimoine de l’entrepreneur, en utilisant les techniques du droit de la famille et de la fiscalité entre autres, et en usant d’imagination dans les schémas mis en place », décrit ainsi Etienne de Bryas. En somme, un département d’ingénierie patrimoniale comme il en existe dans certains établissements financiers.

La facturation s’effectuera sous la forme d’un forfait fixe évalué en fonction de la demande du client. Mais RSM Paris l’assure, le coût reste très peu élevé « car nous mesurons la rétribution de ce service pour nous, à savoir la fidélité de notre client », précise Etienne de Bryas. « Désormais, nous allons délivrer un compte rendu qui suppose une facturation. Il va falloir, pour nos associés, sortir cette prestation à forte valeur ajoutée de leurs anciennes lettres de mission afin que ces derniers puissent la facturer séparément », observe Vital Saint-Marc.

Partenariat externe et interne.

Revendiquant un statut d’ « architecte du patrimoine », la société travaille en étroite collaboration avec des notaires, des family offices et des gestionnaires d’actifs, en s’adressant par exemple directement à une société de gestion afin de faire établir un portefeuille dédié pour un client. Aucune commission n’est prélevée en raison du principe d’indépendance qui régit la profession. Par ailleurs, Etienne de Bryas compte faire monter en puissance la gestion de patrimoine au niveau national « en allant chercher les compétences là où elles se trouvent ». Les cercles de réflexion que compte créer RSM France aideront à identifier les talents.

Projets RSM France.

Des cercles de réflexion réunis trois ou quatre fois par an, accompagnés d’une action de communication, vont en effet être mis en place sur un plan national. Les partenaires seront présents pour « une réflexion large et pluridisciplinaire », précise Etienne de Bryas. RSM France compte également aller à la rencontre des adhérents étrangers du réseau international pour développer la clientèle internationale.