Revue de presse internationale

BELGIQUE

La taxe belge sur les comptes-titres sur la sellette

L'Echo, 30/11/2017

Nouveau coup dur pour le gouvernement belge. Son projet de taxe sur les comptes-titres a été une deuxième fois passée à la moulinette par le Conseil d’État, rapporte le quotidien belge L’Echo. Le gouvernement s’accroche néanmoins à sa taxe et le ministre des Finances table toujours sur 254 millions d’euros de recettes. Tant l’opposition que certains fiscalistes dénoncent la légèreté du gouvernement qui, lui, accuse le Conseil d’État d’être animé par des motivations « politiques ».
Dans le détail, le gouvernement souhaite introduire à partir du 1er janvier 2018 une taxe de 0,15 % sur les comptes-titres sur lesquels la valeur des titres déposés dépasse les 500.000 euros. Le Conseil d’État s’était déjà montré très critique dans un premier avis, estimant que la première mouture concoctée par le gouvernement était discriminatoire pour les contribuables, du fait de l’instauration d’un seuil à 500.000 euros. Dans le deuxième avis qu’il vient de rendre, le Conseil d’État déplore le fait que seuls les titres déposés sur un compte-titres sont visés. Les titres nominatifs, par exemple, ne sont pas visés par la taxe. En attendant, relève L’Echo, certains contribuables vident leurs comptes-titres et passent en titres nominatifs.

DANEMARK

Copenhague veut pousser les épargnants à investir dans des actifs risqués

Bloomberg, 30/11/2017

Le ministre en charge des Finances du Danemark, Brian Mikkelsen, veut que les épargnants transfèrent une partie des milliards de couronnes danoises qu’ils détiennent dans des comptes en banques vers des actifs plus risqués, rapporte Bloomberg. Les Danois conservent environ 840 milliards de couronnes, soit 135 milliards de dollars, dans des comptes de dépôt, selon les derniers chiffres de la Banque centrale.

Brian Mikkelsen a obtenu un soutien politique pour son projet, qui prendrait effet en 2019. Les Danois pourront placer jusqu’à 200.000 couronnes (26.800 €) sur des plans d’épargne en actions. Les rendements seront soumis à une taxe de 17 %, ce qui est inférieur de moins de moitié à la taxe sur les plus-values. Les épargnants pourraient aussi obtenir des réductions fiscales sur les investissements allant jusqu’à 800.000 couronnes (107.500 €) dans des start-up.

MONDE

Les sociétés de gestion doivent étudier le problème du travail des enfants

Financial Times, 27/11/2017

La controverse autour de stagiaires en âge d’aller à l’école faisant des heures supplémentaires illégales chez Foxconn, un fournisseur clé d’Apple en Chine, alimente les craintes selon lesquelles de nombreuses autres entreprises pourraient être exposées à des dommages en termes de réputation et des défis légaux pour utilisation du travail des enfants, rapporte le Financial Times fund management. Apple est l’une des 62 entreprises recensées par MSCI qui font face à des allégations d’emploi direct de travailleurs trop jeunes ou de fournisseurs qui utilisent le travail des enfants. « La manière de gérer ces sujets n’est pas de vendre ou de se désinvestir mais d’entreprendre un travail d’engagement actionnarial avec les sociétés. C’est là où le vrai travail commence. Il peut être mieux pour certains enfants de travailler plutôt que de finir dans les rues, mais il est aussi essentiel de s’assurer que ces enfants vont à l’école et reçoivent une bonne éducation », explique Sasja Beslik, responsable de la finance durable de Nordea Wealth Management.  

ROYAUME-UNI

Le gouvernement britannique veut aider les sociétés de gestion  ​

Financial News, 24/11/2017

Le gouvernement britannique va lancer une nouvelle stratégie pour aider les sociétés de gestion à identifier des débouchés sur long terme, rapporte Financial News. Il veut s’assurer que le secteur britannique de la gestion « continue à prospérer et produire les meilleurs résultats possibles pour les investisseurs et l’économie britannique », selon une déclaration contenue dans le budget 2017. La stratégie, qui doit être annoncée avant la fin 2017, inclura un focus sur les compétences et la technologie financière et aidera à rendre plus courantes les stratégies d’investissement innovantes.