Préparer l’avenir avec les réseaux sociaux

De véritables stratégies digitales commencent à se mettre en place. Le conseil patrimonial aurait beaucoup à perdre à s’en désintéresser
Bloomberg

Etre un intermédiaire de proximité, suivre une relation dans la durée, connaître parfaitement son client et apporter un conseil personnalisé dans une approche globale, en quoi serait-ce incompatible avec une présence intelligente sur Twitter, Linkedin, Facebook et les autres outils numériques ? C’est sur cette question que les conseillers en gestion de patrimoine indépendants devront se pencher s’ils souhaitent vivre et commercer avec leur temps. Le temps, ou plutôt le manque de temps, c’est peut-être plus cela qui éloigne bon nombre de cabinets des nouvelles formes de communication.

Face à l’impossibilité de faire vivre un compte social de manière régulière, comme d’ailleurs un site internet, beaucoup de cabinets jettent l’éponge et disparaissent des écrans radars virtuels. Le problème est que les générations passent et les habitudes de recherche de conseils évoluent. Certains gros porteurs de l’assurance, eux, ne veulent pas laisser passer le train des réseaux sociaux et engagent des plans d’équipements importants pour asseoir la présence de leurs réseaux, physiques cette fois, sur le web. Parrainage à la « papa » contre « conversation via internet », quelle stratégie commerciale sera payante ?