Points clés

- Peu d’agents immobiliers signent avec les vendeurs des mandats exclusifs plus motivants pour les professionnels mais mal perçus par les particuliers. Le marché reste dominé par les mandats simples.

- Un constat qui provoque un écart entre le nombre d’affaires dans lesquelles les agents immobiliers interviennent et leur part de marché réelle.

- Un état de fait qui entraîne la multiplication des discours et des prix de vente, altérant l’image du bien sur le marché.