Planète CSCA vient gonfler les rangs de l'Apcade

Le syndicat des courtiers d'assurance emboîte ainsi le pas à l'Agea, qui a rejoint l'Association pour la promotion de la concurrence en assurance des emprunteurs fin septembre.

Alors que les réunions sur le thème de la réalisation infra-annuelle de l'assurance emprunteur piétinent au CCSF, un nouvel acteur rejoint l'Association pour la promotion de la concurrence en assurance des emprunteurs (Apcade) en la personne de Planète CSCA. Après l'Agea, c'est au tour du syndicat des courtiers d'assurance de venir apporter sa pierre à la démarche du lobby qui veut libérer l'assurance emprunteur de la férule des banques. 

« Si de nombreuses évolutions réglementaires ont eu lieu sur le marché de l’assurance emprunteur, la libre concurrence ne s’applique toujours pas en raison du monopole des banques sur ce marché (les acteurs alternatifs aux banques ne représentent que 12% du marché de l’assurance emprunteur), indique l'Apcade dans un communiqué. L’assurance-emprunteur reste ainsi le seul sujet assurantiel grand public pour lequel il n’est pas encore possible de changer facilement et à tout moment de contrat, le formalisme demeurant excessivement lourd et dissuasif pour le consommateur. »

Une proposition de loi visant à instaurer la résiliation infra annuelle de l'assurance emprunteur a été déposée à l'Assemblée nationale le 21 septembre, très certainement à l'initiative de l'Apcade, par les députés du groupe Agir (centre-droit) Patricia Lemoine, Olivier Becht et Pierre-Yves Bournazel. 

L'Apcade a été fondée en juin dernier par plusieurs acteurs de l'assurance, dont Allianz, APRIL, Aéma groupe, Aviva France, le groupe MNCAP, la MACSF, MAIF ou Malakoff Humanis.

« En tant que syndicat des courtiers en assurances en France, il était naturel pour nous de rejoindre la dynamique engagée par l’Apcade en faveur d’une réelle ouverture du marché de l’emprunteur à la concurrence, a fait savoir Bertrand de Surmont, président de Planète CSCA. Les conditions d’exercice de cette mise en concurrence restent encore trop imparfaites au regard des efforts déployés par les courtiers d’assurance »