SCPI

Perial mise sur l’essor du Grand Paris

La société de gestion a rouvert aux investisseurs, fin 2017, le capital de sa SCPI PF1, en l’orientant vers le Grand Paris
Rebaptisée “PF Grand Paris”, la SCPI lorgne désormais les “zones matures ou à fort potentiel” de la capitale et sa région
DR, Éric Cosserat, le président de Perial

Éric Cosserat, président de Perial

Alors que pour leurs SCPI, certaines sociétés de gestion, comme Corum, misent sur l’international, ou d’autres, à l’instar de Norma Capital, sur les régions (L’Agefi Actifs n°721, p. 14), Perial a choisi d’avancer ses pions vers le Grand Paris. La société de gestion a investi 60 millions d’euros à fin mars dans l’agglomération, pour accompagner le développement de sa SCPI PF1, qui s’est muée en « PF Grand Paris » pour l’occasion en mars 2018. Plus qu’un changement de dénomination, c’est un nouveau cap pour cette ancienne SCPI créée en 1966. D’abord à capital fixe, puis variable en 2015, le véhicule a été rouvert au capital en octobre 2017, après plus de deux décennies sans appel au public pour sa collecte. « Nous avons pensé que cet immense projet, en termes de taille, d’enjeux et d’investissements, allait modifier Paris et la région parisienne. On a tout de suite pensé au potentiel pour l’immobilier, pour nous il y avait une opportunité à saisir », explique Éric Cosserat, le président de Perial.

Zones à « fort potentiel ». L’objectif pour PF Grand Paris, qui comprend 120 immeubles sous gestion – 80 % en région parisienne –, est clair : cibler les « zones matures ou à fort potentiel » de la capitale et sa région. « À terme, nous souhaitons un investissement exclusif dans le territoire du Grand Paris, mais qui se fera de manière progressive », ajoute le responsable, l’idée étant de ne pas se séparer des actifs performants situés en province. Au fur et à mesure de la collecte, le patrimoine régional sera dilué, pour atteindre 90 à 95 % d’investissements dans le Grand Paris. Les 68 nouvelles gares du projet de la future métropole offrent ainsi un potentiel à la SCPI, qui entend étoffer ses investissements en misant sur le croissant ouest ou à Saint-Denis, à l’est, avec le Carrefour Pleyel.

Dimension ISR et environnementale. Outre la localisation des actifs, la politique d’investissements du groupe est élaborée en fonction de critères définis : « Nous ciblons aujourd’hui des immeubles plus importants et tenons compte de la dimension ISR [investissement socialement responsable] et de l’intégration des critères ESG [environnementaux, sociaux et de gouvernance] », indique Éric Cosserat. Avec ce positionnement « davantage sociétal », autour d’immeubles principalement de bureaux (92 %), mais aussi de commerces (5 %) ou d’activités (3 %), PF Grand Paris s’aligne sur le Plan climat de la Ville de Paris : la société de gestion entend travailler tant sur la maîtrise de l’empreinte carbone, la mobilité des occupants, que la « dimension servicielle du bâtiment ».

Acquisitions récentes. Perial a ainsi investi dans l’ensemble immobilier M2, au Bourget. Composé de deux immeubles de près de 22.000 mètres carrés de bureaux, ce lauréat du prix Simi en 2009 obtient la double certification française Haute Qualité environnementale (HQE) et britannique Building Research Establishment Environmental Assessment Method (Breeam). Tout en offrant une palette de services, dont une crèche au rez-de-chaussée, de manière à fidéliser des locataires « qui sont aussi nos clients », souligne-t‑on chez Perial. Début 2018, la société de gestion a aussi signé deux immeubles en périphérie parisienne : à Bagnolet (93) et à Fontenay-sous-Bois (94).

Investissements ciblés. Pour autant, même dans le Grand Paris, Perial continue de sélectionner ses actifs : le plateau de Saclay, zone où des retards sont attendus dans la livraison des infrastructures, n’est pas à l’ordre du jour. L’immobilier logistique, classe d’actifs sur laquelle certaines SCPI commencent à se positionner, n’est pas non plus ciblé par la société de gestion.

 


► PF Grand Paris en chiffres

  • Distribution sur valeur de marché (DVM) en 2017 : 4,35 %
  • Taux de rentabilité interne (TRI) sur cinquante ans : 10,22 %
  • Nombre d’associés : 14.300
  • Capitalisation : 575 millions d’euros (1 milliard espéré d’ici à 2020-2021)
  • Prix par part : 469 €