Dans les coulisses : Plate-forme de services / Assurance vie

Optimiser l’eurocroissance

La nouvelle société de services QIS entend gérer la nouvelle génération de contrats
Elle a vocation à se situer au centre de la relation entre l’assureur et le distributeur

Yves Bidel et Valéry Maizières, les deux associés de la nouvelle plate-forme de contrats d’assurance vie QIS, en sont convaincus  : « Le marché de l’assurance vie suivra la même tendance que celui de l’épargne salariale avec un découplage entre la gestion et la tenue de compte. L’assureur conservera son rôle de tarificateur de risque mais externalisera de plus en plus la gestion des différents millefeuilles qui composent son portefeuille. L’assurance santé a depuis longtemps adopté ce modèle. »

Développer les fonctionnalités de gestion des contrats.

 Car pour les assureurs, l’innovation coûte cher. « L’endettement technique des chaînes de gestion est très important. Il arrive parfois que 85 % des budgets informatiques soient consacrés aux remises à niveaux, ce qui limite le potentiel d’innovation », avance Yves Bidel. Pour les assureurs, un des défis consiste à « réimplémenter » de la valeur sur les contrats en cours les plus importants en ajoutant des fonctionnalités. « Notre équipe a l’expérience de la gestion des UC complexes : gestion libre ou assistée, pilotée ou profilée, et gestion conseillée. Elle maîtrise la gestion dite sous mandat d’unités de compte dans le respect des règles du Code des assurances,  lorsque la délégation est donnée aux banquiers ou aux sociétés de gestion. Les six personnes actuellement présentes chez QIS ont une véritable expertise : ils ont migré 200.000 contrats représentant plus de 9 milliards d’euros de systèmes d’informations de plusieurs assureurs de la Place », ajoute Valéry Maizières.

La complexité de l’eurocroissance.

Toute formule d’épargne logée dans une coquille assurancielle intéresse QIS : assurance vie, Perp, contrats Madelin, et articles 83 en sachant que pour ces derniers, la société envisage de créer des offres qui se démarqueront.Mais c’est avec l’arrivée prochaine de l’eurocroissance que les deux professionnels, qui ont été les premiers à lancer sur le marché français les contrats diversifiés, au départ dans le Perp puis dans les contrats vie, comptent bien capitaliser sur leur savoir-faire à gérer la complexité liée, notamment, aux engagements. « Pour l’eurocroissance, celle-ci est maximale dans la mesure où chaque assuré se verra attribuer périodiquement une valorisation individualisée de son support en fonction de ses caractéristiques propres. »

Formation, conception, implémentation.

 QIS compte devenir une référence dans les domaines du suivi des produits eurocroissance, ce qu’elle nomme encore les produits trois branches puisque comportant un fonds en euros, un fonds croissance et des unités de compte. La société propose aussi  des formations à la nouvelle formule, des solutions de conception (marketing, actuariat, juridique et financier) restituées sous forme de cahier des charges.

L’autre savoir-faire mis en avant est celui de l’implémentation du produit trois branches sur la plate-forme de gestion QIS. Cette offre a été conçue avec Altia (société de conseil en actuariat - groupe Forsides Actuary) et Kapia (société d’édition de progiciels que les fondateurs de QIS connaissent bien pour avoir participé à l’élaboration de certains outils). Baptisée Paqk Euro Croissance, elle s’adresse à tous types de distributeurs, compagnie, mutuelles, mais aussi intermédiaires d’assurances ou réseaux de CGP.

QIS entend assurer la gestion des produits, du déploiement jusqu’à la mise en œuvre. Toutes les interfaces nécessaires sont créées, indique la société. « L’objectif est de réduire les coûts de 20 % à 30 % minimum pour rendre nos services attractifs pour l’assureur », avance Yves Bidel.

L’activité du QIS a débuté le mois dernier avec les premières réponses aux appels d’offres. La structure espère accueillir prochainement une vingtaine de personnes.